L'artiste américain Prince a joué un coup de maître en Grande-Bretagne contre l'industrie du disque qui se déchaîne désormais contre lui. Le chanteur aux 80 millions de disques vendus a décidé d'offrir gratuitement son album en Grande-Bretagne, en se passant des maisons de disques et des disquaires...

Prince« Quoi ? ! Mais comment ça il se permet d’offrir gratuitement son dernier album ? Mais pour qui il se prend ce petit m***eux ? » – Pour Prince, peut-être. Le nouvel album du musicien américain doit être commercialisé dans les bacs le 24 juillet prochain, mais Prince a décidé de l’offrir à tous les lecteurs de l’hebdomadaire britannique Mail on Sunday. Le journal a en effet annoncé que l’album Planet Earth de Prince serait distribué gratuitement dans une prochaine édition, probablement dimanche prochain. Evidemment, le Mail on Sunday est aux anges. L’industrie du disque beaucoup moins.

Le journal britannnique, qui tire déjà à 2 millions d’exemplaires, devrait connaître des records de vente en Grande-Bretagne grâce au partenariat. « [Prince] croit dans le fait de diffuser la musique qu’il produit à autant de gens que possible. C’est la plus grande innovation dans la promotion de journaux ces derniers temps« , s’est félicité le directeur des ventes du Mail on Sunday Stephen Miron. Pour Prince, il s’agit certainement de se rattraper plus tard sur les ventes de places de concerts, sur les produits dérivés, les contrats publicitaires, ou même les ventes de CD auprès de ceux qui n’auraient pas eu la version gratuite ou qui souhaiteraient une éventuelle version Premium.

La filière musicale menace de boycott

L’industrie du disque, et surtout les disquaires, sont déchaînés depuis cette annonce. « Ce serait une insulte pour tous ces disquaires qui ont soutenu Prince pendant toute sa carrière« , s’égosille le co-directeur de l’Entertainment Retailers Association (ERA), une association de détaillants. Devant la faiblesse de son argument, il hausse le ton et menace : « l’Artiste qui Etait Connu Précédemment comme Prince devrait savoir qu’avec une telle attitude il sera bientôt l’Artiste qui Etait Précédemment Disponible Chez Les Disquaires« . Sous-entendu, c’est avec nous (et uniquement avec nous), ou contre nous. Tout un esprit.

Chez HMV, la Fnac anglosaxonne, on n’osait y croire avant l’annonce officielle. « Ce serait de la pure folie« , confiait au Guardian le président Simon Fox. Eux qui ont patiemment construit un oligopole de la distribution de musique dans le monde sont en train de voir l’édifice s’écrouler sous leurs yeux, et ils ne peuvent rien faire d’autre que de proférer des menaces dont Prince n’a cure. Le chanteur a déjà prévenu qu’il offrira également son CD à tous ceux qui achèteront un billet pour assister à son concert.

Sony BMG, de son côté, doit se sentir un brin cocue. L’album Planet Earth est auto-produit par Prince, et l’artiste n’a confié au label Columbia Records (Sony BMG) que la distribution du CD dans le monde. Sony BMG n’a donc pas les droits sur la musique et ne peut pas s’opposer à la manœuvre. Sa seule réponse a été de suspendre l’exécution de son contrat pour la Grande-Bretagne. Mais visiblement, Prince avait un autre plan pour le pays…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés