Il y aura au moins une affaire où YouTube, baignant allègrement depuis un moment dans une myriade de plaintes, s’en sera sorti sans la moindre égratignure (ou presque), il s’agit du procès qui l’oppose à Daniela Cicarelli.

Le mannequin avait en effet traîné YouTube devant les tribunaux, après qu’une vidéo de ses ébats amphibies ne se soit malencontreusement retrouvée sur le site de partage. Après requête, YouTube avait accepté de retirer la-dite vidéo, sauf que, victime de son succès, celle-ci fut sans cesse repostée par les internautes et resta un certain bout de temps en tête des vidéos les plus regardées au Brésil.

Bref, peine perdue, il devenait concrètement impossible pour YouTube de modérer cet élan de voyeurisme à l’échelle d’une nation, et le juge saisi de l’affaire et visiblement très affecté par le sort du couple en arriva ni plus ni moins à la décision radicale de bloquer le site – pour après faire marche arrière.

Après des mois d’attente insoutenables, le verdict tombe. Les deux amants ne toucheront pas les 160.000$ réclamés par jour de présence de leur performance aquatique sur le site, mais devront au contraire payer les frais de justice et débourser 5.000$ à chacun des défenseurs. La raison ? Elementaire mon cher Watson. Une plainte déposée pour atteinte à la vie privée a toujours aussi peu de chances d’aboutir lorsqu’elle concerne un fait ayant eu lieu dans un lieu public comme une plage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés