Après la Pologne et la fermeture du site Napisy.org, c’est au tour de la France de s’attaquer aux sites qui proposent des sous-titres pour les films et séries TV. Le responsable du site Series-VO.com a indiqué samedi dernier qu’il était convoqué au commissariat de Poitiers au sujet de son site qui offrait des subs en téléchargement. Suite à cette convocation, Julien (alias Jethro) a immédiatement décidé de suspendre le site pour une période « indéterminée ».

« Si j’ai décidé cette fermeture que nous espérons provisoire, c’est dans l’intérêt de tout ceux qui sont chez nous et pour leur éviter des soucis éventuels, et je rassure certains que nous ne reviendrons pas en « green sub team » ou « red sub team » (les gens concernés comprendront)« , expliquait-il samedi. 70 bénévoles environ (traducteurs, admins, bloggeur, relecteur,…) animaient Series-VO, qui semble donc faire l’objet d’une plainte de la part des industries du cinéma et/ou de la télévision. Au regard du droit d’auteur, les scripts sont en effet protégés et ne peuvent pas faire l’objet d’une adaptation telle qu’une traduction sans l’autorisation des ayant droits. La loi prévoit une peine maximale de 3 ans d’emprisonnement et 300.000 euros d’amende, mais l’exercice en bande organisée pousse même les peines jusqu’à 5 ans et 500.000 euros. Les sous-titres amateurs sont d’autant moins bien vus qu’ils facilitent l’arrivée des séries TV sur les ordinateurs français avant-même la parution des séries à la télévision, et bien sûr avant même leur commercialisation en coffrets DVD. Sachant qu’environ 1/4 du marché du DVD est occupé par les séries TV, les studios n’ont pas l’intention de laisser les internautes amateurs de séries ruiner cette nouvelle poule aux oeufs d’or.

Une garde à vue programmée pour les subbers

La convocation a eu lieu lundi. « Je sors de 2 heures  » d’entretien  » qui, je ne vous le cache pas, je ne suis pas mécontent d’avoir fini… « , raconte Julien en première page du site. « J’ai un putain de mal de crâne et suis vraiment dégouté de la bêtise de certains, l’entretien consistait uniquement à des questions sur ce « charmant petit site » (et incroyable on m’a parlé entre autre du système Allopass disparu depuis janvier… que c’est bizarre… ), mais on m’a précisé au passage qu’une nouvelle convocation n’était pas à exclure et qui là, pourrait déboucher sur une garde à vue que je ne vous cache pas, j’ai eu peur d’avoir dès aujourd’hui« , ajoute le webmaster qui annonce la renaissance de Series-VO sous une forme légale, sans téléchargement de sous-titres. Visiblement très énervé et vindicatif, « Jethro » annonce qu’il va lui-même déposer une plainte contre X « pour diffamation ». Il souhaite ainsi « avoir accès au dossier pour éventuellement me retourner contre la personne qui aura cherché à me nuire car je trouve tout de même plus que bizarre qu’un site avec 50 000 membres dont environ 15 000 actifs soit inquiété alors que des usines à gaz du sous-titre ne le soient pas« .

La décision des studios de s’attaquer aux sous-titres renvoie aux premières heures de la lutte contre les fichiers MP3. Jamais ces luttes n’ont eu le moindre effet commercial bénéfique, et il est peu de chances que lutter contre la diffusion des séries auprès des fans facilite leur diffusion a posteriori auprès du grand public. Les sous-titres permettent souvent de faire naître un véritable buzz autour de séries à venir sur les chaînes françaises. On a vu ainsi Heroes faire des unes de magazines français alors que la série n’était pas encore diffusée en France. Il serait sans aucun doute plus pertinent de profiter de l’enthousiasme des fans pour créer un véritable service communautaire qui fédère les amateurs autour des séries. Ces initiatives sont d’autant moins difficiles à prendre que le modèle publicitaire semble vouloir s’imposer pour la diffusion des séries sur Internet.

Il faudra néanmoins en savoir plus sur l’identité et les motivations officielles des plaignants avant de se prononcer davantage sur la pertinence de la plainte. En tout état de cause, elle ne devrait pas changer grand chose à la diffusion des sous-titres, qui trouveront d’autres canaux de diffusion plus difficiles à appréhender, notamment par des techniques en P2P…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés