Google a annoncé hier deux partenariats avec le ministre des infrastructures rwandais et le réseau d’éducation kenyan (KENET). Les étudiants des deux pays auront accès librement à un set d’outils développés par la firme, comprenant l’e-mail ou la messagerie instantannée.

Shona Brown, vice président senior des affaires chez Google évoque « la simple ambition de Google, d’aider à organiser l’information mondiale, en la rendant universellement accessible et utile ». Pour Brown, « l’universalité est cruciale car nous croyons au fait que tout le monde devrait avoir accès aux mêmes services, quelque soit le lieu de résidence, et quelque soit la langue ». Elle s’estime « enchantée d’avoir signé cet accord, et attend impatiemment de travailler avec d’autres gouvernements africains pour favoriser les services d’amélioration du quotidien, comme l’e-mail libre, la messagerie instantannée, et les appels PC à PC ».

Quelque soit la bonne volonté dont fait preuve Google, n’écartons pas non plus l’hypothèse, quite à faire preuve d’une certaine susceptibilité, de voir dans cette initiative un moyen de renforcer sa dominance sur le marché. En effet, n’oublions pas que Google, d’après le Financial Times, prévoit d’un autre côté de renforcer le lobbyisme en Europe

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés