Suite et fin du désastre du rootkit de Sony Music. La maison de disques, tellement obsédée par la protection de ses œuvres, avait oublié que les consommateurs devaient eux aussi être protégés, en particulier contre les virus et autres failles de sécurité. Plus d’une année après le fiasco médiatique, Sony BMG vient de signer un accord amiable avec la FTC (la Commission Fédérale du Commerce) aux Etats-Unis. Elle s’engage à remplacer les CD concernés jusqu’au 31 juin 2007, et à verser « jusqu’à 150 dollars » aux consommateurs qui auraient subi un préjudice suite à l’achat d’un CD protégé par un système XCP ou MediaMax. La maison de disques se réserve tout de même le droit de refuser le dédommagement à ceux qui ne prouveraient pas qu’ils ont eu à subir les conséquences du rootkit et à réparer les dommages causés. Sony BMG avait déjà signé un accord similaire avec 39 états des USA en décembre dernier, ainsi qu’avec le Canada.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés