La Chine aussi regarde en direction des véhicules autonomes. Outre les voitures, les autocars sont un champ de recherche pour ce type de technologie. Un industriel, Yutong, a d'ores et déjà procédé à un test sur la voie publique au cours de l'été.

Les pays occidentaux ne sont pas les seuls à s'intéresser aux véhicules autonomes. En Asie aussi, l'industrie automobile planche sur des voitures capables de se diriger sans l'aide d'un conducteur. Plusieurs groupes japonais sont par exemple sur la brèche, à l'image de Toyota, Nissan ou encore Honda. C'est aussi le cas de la Chine, avec le fabricant d'autocars Yutong.

Celui-ci a en effet réalisé un test de conduite au cours de l'été dans la ville de Zhengzhou. Outre des automobiles, un autocar autonome a aussi circulé sur la voie publique, mais sur un trajet assez court : 32,6 kilomètres. Mais le groupe se flatte d'avoir mis au point le premier autocar au monde qui passe le test sans aucune intervention manuelle et sur les routes soumises aux conditions de circulation.

Selon Yutong, diverses manœuvres ont été opérées lors de cette sortie sur route, du suivi automatique d'une voiture située devant au dépassement d'un véhicule plus lent, en passant par le changement de voie, le franchissement d'un croisement ou le stationnement sur une place désignée. Yutong assure que cela s'est fait dans le respect du code de la route et en tenant compte des feux de circulation.

Pour circuler, le prototype d'autocar est équipé de deux caméras, quatre télé-détecteurs par laser (LIDAR), un radar à ondes millimétriques et un système de navigation intégrée. Ces senseurs permettent au véhicule de ralentir automatiquement, en cas de proximité trop proche avec un autre véhicule, un cycliste, un motard ou un piéton. Mais sur un trajet aussi bref, le recul sur l'efficacité du système est difficile à avoir.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos