Ce n'est pas qu'il est raciste ou eugéniste, c'est juste qu'il ne veut pas d'émigrés chez lui, et surtout pas qui viennent gâcher le "patrimoine génétique européen". Un bio-informaticien spécialisé dans l'analyse des parentés génétiques a interdit l'utilisation de son logiciel référence dans plusieurs pays accueillant trop d'émigrés à ses yeux, dont la France. La licence de droits d'auteur, une arme politique comme une autre ?

Totalement inconnu du grand public, le logiciel Treefinder est un logiciel très réputé dans la communauté scientifique, qui "calcule des arbres phylogénétiques à partir de séquences moléculaires", c'est-à-dire qu'il facilite la recherche de liens de parentés entre des espèces. Mais il pourrait devenir célèbre en dehors de son cercle d'initiés, pour être le premier logiciel dont la licence est exploitée à des fins militantes pour protester contre la politique de certains gouvernements.

Son auteur, le scientifique allemand Gangolf Jobb, a en effet publié un message sur son site officiel pour annoncer que la licence d'utilisation était révoquée dans huit européens, qu'il accuse d'accueillir trop d'émigrés : Allemagne, Autriche, France, Pays-Bas, Belgique, Grande-Bretagne, Suède, et Danemark.

"Je ne veux plus soutenir avec mon travail le système politique en Europe et en Allemagne, dont le système scientifique fait partie", explique le chercheur. "En particulier, je suis en désaccord avec la politique d'immigration" qui "me fait du tort, fait du tort à ma famille, fait du tort à mon peuple".

"Quiconque invite ou accueille des immigrants en Europe et en Allemagne est mon ennemi", écrit le scientifique qui assure n'avoir rien contre l'aide apportée aux réfugiés, à condition qu'ils soit "strictement séparés de nous les Européens" (sic) et qu'ils soient renvoyés chez eux après une période indéterminée. Il affirme que l'accueil des migrants ne profite qu'au capitalisme, qu'il aboutira à une "guerre civile", "sans parler de la perte de notre patrimoine génétique européen" (sic).

Déjà en février 2015, Gangolf Jobb avait révoqué la licence pour les Etats-Unis, pour protester contre "l'impérialisme américain". "C'est fait conformément à l'accord de licence dont il est fait état dans le manuel de Treefinder depuis les toutes premières versions, qui me réserve le droit de changer l'accord de licence à tout moment", assure-t-il. "Je peux le faire parce que Treefinder est ma propriété".

Selon le prestigieux magazine Sciences, Treefinder est cité dans des centaines de travaux scientifiques qui exploitent encore ses capacités. Mais le logiciel tendrait désormais à être remplacé par des alternatives plus modernes, et sa perte ne serait pas un grand préjudice, sauf pour ceux qui y sont les plus habitués. Jobb lui-même ne mettrait plus son logiciel à jour depuis longtemps, et aurait acquis la réputation d'être raciste, ce qui paraît pour le moins vraisemblable…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés