Après les attentats commis contre Charlie Hebdo, Microsoft aurait répondu à une demande d'accès des autorités françaises aux e-mails de deux suspects en seulement 45 minutes.

Lors d'une conférence organisée à Bruxelles et rapportée par Business Week, le directeur juridique de Microsoft Brad Smith a raconté que les équipes de la firme de Redmond avaient mis seulement 45 minutes à répondre à une demande d'informations transmise par le FBI, consécutive à l'attentat commis par les frères Kouachi dans les locaux de Charlie Hebdo. 

"Il y a tout juste deux semaines, le Gouvernement français a recherché le contenu des e-mails de deux comptes de clients détenus par Microsoft lorsqu'ils étaient à la poursuite des suspects de Charlie Hebdo", a-t-il raconté. La demande avait été transmise aux Etats-Unis par l'intermédiaire du FBI, et Microsoft a su examiner sa légitimité, obtenir les e-mails souhaités et envoyer les informations aux autorités américaines en 45 minutes, assure-t-il.

Le récit visait à démontrer l'efficacité que pouvaient avoir les géants du web, ou en tout cas Microsoft, dans l'éternel débat sur l'équilibre à trouver entre la sécurité et la liberté, et entre l'accès direct des autorités aux contenus ou la nécessaire collaboration à avoir avec les intermédiaires.

A cet égard, la firme de Redmond combat actuellement une décision de la justice américaine qui l'obligerait à donner accès à des données d'utilisateurs européens sans passer par la justice européenne. Par ailleurs, Microsoft fait partie des firmes qui souhaitent chiffrer l'intégralité des communications pour empêcher l'espionnage des communications de leurs clients, ce que redoutent les gouvernements occidentaux

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés