La diplomatie israélienne a sorti la carte bancaire pour acheter des messages publicitaires sur Twitter. Objectif : faire pression sur les Etats pour qu'ils reconnaissent le Hamas comme organisation terroriste, au moment où se multiplient les initiatives visant à reconnaître l'Etat de Palestine.

Par un geste très symbolique qui n'emporte aucune conséquence juridique, le Parlement français a adopté ce mois-ci dans chacune des deux chambres une résolution sur la reconnaissance de la Palestine en tant qu'état indépendant. Le vote a d'abord eu lieu le 2 décembre à l'Assemblée Nationale, et a été confirmé le 11 décembre par le Sénat. Par leur vote, les députés et les sénateurs ont surtout voulu affirmer "l'urgente nécessité d'aboutir à un règlement définitif du conflit permettant l'établissement d'un État démocratique et souverain de Palestine en paix et en sécurité aux côtés d'Israël", et que "la France a un rôle éminent à jouer dans ce processus, dans le cadre d'une conférence internationale".

L'initiative n'a évidemment pas plu à Israël, qui a décidé de répliquer par une autre voie, non seulement contre la France, mais plus globalement contre l'ensemble du mouvement d'opinion international en faveur de la Palestine, ravivé par les derniers affrontements aux effets dévastateurs pour la population gazaouite. Le ministère des affaires étrangères d'Israël a ainsi acheté de la publicité sur Twitter pour promouvoir auprès d'un large public un tweet politique publié lundi. Fidèle à la stratégie de communication israélienne, il vise à remettre le Hamas et son mode d'action meurtrier au centre des débats internationaux, dans l'espoir de justifier les représailles que d'aucuns jugent disproportionnées aux attentats ou salves de roquettes.

"Est-ce que votre pays se trouve parmi ceux qui ont désigné #Hamas comme organisation terroriste ?", demande ainsi le message accompagné d'une infographie qui désigne les pays ayant montré l'exemple aux yeux d'Israël. Même si c'est le cas de la France à travers la liste officielle établie par l'Union Européenne en 2001, l'ambassade israélienne a tout de même décidé de traduire son tweet en français, et de payer pour le promouvoir auprès d'internautes français :

Sur les 18 réponses au tweet visibles au moment où nous rédigeons ces lignes, 13 contestent la qualification terroriste du Hamas, rappellent à Israël ou ses alliés leurs propres violations du droit humanitaire international, ou traitent le message avec humour et mépris. Le tweet  n'a en tout cas pas eu grand succès malgré sa promotion publicitaire, puisqu'il n'a été retweeté que 46 fois.

Ce n'est pas la première fois qu'Israël se tourne ainsi vers Twitter et sa plateforme publicitaire pour acheter une mise en avant de son discours politique. Déjà en juillet dernier lors des bombardements dans la bande de gaza qui auraient fait au final 2 147 morts dont plus de 80 % de civils, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait acheté des tweets contre le Hamas, alors que l'organisation est pour sa part privée du droit de s'exprimer sur le réseau social.

Sans nul doute, Israël a raison de qualifier le Hamas d'organisation terroriste, ce qui ne retire rien non plus à la validité des explications historiques et sociologiques sur la genèse de ce terrorisme. C'est tout le cercle vicieux dénoncé par les résolutions françaises. Le Hamas a recours à des actions terroristes pour exercer ce qu'il estime être une résistance légitime contre une occupation illicite du territoire palestinien, et Israël occupe le territoire et a recours à des actions de représailles en vertu de ce qu'il estime être un droit à la légitime défense.

Il est en tout cas intéressant qu'Israël prenne ainsi la communauté internationale à témoin à travers une communication auprès du grand public, lorsque l'on sait avec quelle indifférence Israël traite les positions officielles de cette même communauté internationale, lorsqu'elle est contre elle. Ne faisant que nourrir les extrêmes en radicalisant les Palestiniens contre Israël, le mur de séparation qui s'élève parfois à plus de 8 mètres de hauteur, dressé sur 700 km, a ainsi été élevé contre les protestations internationales, et même contre l'avis quasi unanime (14 contre 1) des juges de la Cour Internationale de Justice (CIJ). "L'édification du mur qu'Israël, puissance occupante, est en train de construire dans le territoire palestinien occupé, y compris à l'intérieur et  sur le pourtour de Jérusalem-Est, et le régime qui lui est associé sont contraires au droit international", avaient écrit les magistrats il y a 10 ans. "Israël est dans l'obligation de mettre un terme aux violations du droit international dont il est l'auteur".

Peut-elle la CIJ devrait-elle aussi s'offrir des tweets pour le rappeler de temps en temps.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés