Alors que l'enquête sur le piratage informatique d'une ampleur inédite subi par Sony Pictures est encore à ses débuts, Bloomberg rapporte que le hack a été perpétré depuis le réseau WiFi de l'hôtel St Regis de Bangkok, en Thaïlande. L'établissement 5 étoiles annonce sur son site internet un accès Wifi disponible dans les chambres ainsi que "dans les espaces publics", ce qui ne permet pas de savoir si les pirates ont réellement séjourné dans ce palace ou s'ils ne font fait que s'y rendre provisoirement (voir piraté l'ordinateur d'un client ou de l'hôtel pour s'en servir comme passerelle).

La connexion litigieuse d'où a été activé le malware qui a pompé et détruit les données de Sony Pictures aurait été utilisée le 2 décembre vers minuit. Bloomberg cite une source proche de l'enquête qui indique qu'une autre adresse IP rattachée à une université de Thaïlande aurait également été utilisée pour contrôler le malware. 

Alors que la Corée du Nord avait été pointée du doigt, celle-ci a démenti toute implication tout en félicitant les auteurs du piratage. La technologie et le mode opératoire utilisés par les hackers a de nombreux points communs avec l'opération  "DarkSeoul" contre la Corée du Sud, ainsi qu'avec le piratage de Saudi Aramco. Mais ce dernier semble avoir peu de rapports avec la Corée du Nord, puisqu'il avait été perpétré à un moment de vives tensions entre l'Iran et l'Arabie Saoudite.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés