Très populaire en Corée du Sud, l'application de messagerie instantanée KakaoTalk a dû réagir rapidement pour chiffrer les communications des utilisateurs après un exode massif vers son concurrent Telegram, qui protège la confidentialité des échanges. 

La protection de la vie privée des utilisateurs n'est plus seulement un argument différenciant pour quelques services de niche, c'est désormais une véritable nécessité commerciale pour les géants qui souhaitent conserver leur succès. Quelques semaines après WhatsApp qui a annoncé le chiffrement de bout en bout des communications sur son application Android, c'est le service sud-coréen KakaoTalk qui est contraint de suivre la même direction.

Selon Tech In Asia, le service qui revendique plus de 100 millions d'utilisateurs dans le monde a annoncé une nouvelle fonctionnalité baptisée "Secret Chat", qui assure le chiffrement de bout en bout des communications pour toutes les communications entre les utilisateurs. Les clés du système cryptographique sont conservées exclusivement sur les appareils des interlocuteurs, ce qui ne permet en principe (sauf backdoor) ni à KakaoTalk ni à un tiers quelconque d'intercepter et lire les communications.

Mais le plus intéressant est la raison qui a poussé KakaoTalk à implémenter cette fonctionnalité.

En avril dernier, 304 personnes dont 250 lycéens sont mortes dans le naufrage du Sewol, et le gouvernement sud-coréen avait été très vivement critiqué pour sa gestion défaillante de la catastrophe, qui poussa le premier ministre Chung Hong-won à la démission. Des manifestations avaient eu lieu, en partie sur la base de fausses rumeurs sur le comportement personnel de la présidente Park Geun-hye, faussement accusée d'être restée à son bureau le jour de l'accident pour avoir une relation intime. Or en septembre dernier, Mme Geun-hye a annoncé des poursuites contre les auteurs de messages relayant ces rumeurs, avec l'obtention de l'historique de leurs conversations.

Cette annonce avait provoqué un tollé et un afflux de nouveaux utilisateurs vers Telegram, une application d'origine russe qui promet le chiffrement de toutes les communications avec un protocole robuste, rendant impossible de telles investigations. En seulement une semaine, 1,5 million d'internautes internautes sud-coréens auraient ainsi décider de migrer vers ce service créé par les fondateurs de Vkontakte, le Facebook russe. C'est donc pour enrayer la fuite des utilisateurs vers Telegram que KakaoTalk a décidé de créer sa fonctionnalité "Secret Chat".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés