Les autorités chinoises ont décidé de bloquer l'accès aux serveurs du prestataire de cloud EdgeCast, dont les serveurs sont utilisés par l'organisation GreatFire pour proposer des miroirs des sites censurés par le Grand Firewall de Chine. Des milliers de sites légitimes sont ainsi inaccessibles.

La Chine a décidé de frapper Internet avec un marteau pour écraser un moustique. L'organisation GreatFire.org, qui surveille l'état du Grand Firewall de Chine et propose aux internautes les moyens de le contourner, rapporte que les autorités chinoises ont bloqué l'ensemble des requêtes vers le domaine edgecastcdn.net, ce qui impacte l'ensemble des clients du CDN EdgeCast, l'un des plus importants au monde.

Racheté l'an dernier par l'opérateur américain Verizon pour environ 350 millions de dollars, EdgeCast propose un service de distribution de contenus (CDN) qui permet aux éditeurs de sites ou applications de bénéficier de serveurs de réplication au plus près de l'abonné. Mais lorsqu'un internaute cherche à accéder à un service qui utilise les serveurs d'EdgeCast, l'adresse IP renvoyée par l'enregistrement DNS en Chine n'est plus la bonne, ce qui le conduit vers une impasse.

Dès lors, ce sont des milliers de sites internet qui sont désormais inaccessibles en Chine. Parmi eux se trouve le site officiel de Drupal, le journal en ligne The Atlantic, les sites de Sony Mobile, l'ensemble des add-ons de Mozilla, le site d'arts numériques DeviantArt ou encore le site SpeedTest qui permet de tester la qualité de sa connexion à internet.

Mais selon GreatFire, dont les constatations globales ont été confirmées par EdgeCast, c'est bien à cause de ses propres activités contre le Grand Firewall de Chine que le CDN aurait été bloqué. En effet, GreatFire utilise les services de cloud d'EdgeCast pour héberger quantité de miroirs de sites censurés en Chine. Or, le pare-feu chinois "ne peut pas faire la distinction entre le trafic vers nos sites miroirs et le trafic vers le fournisseur de cloud, ce qui veut dire qu'ils ne peuvent pas bloquer l'accès à nos sites miroirs sans bloquer l'accès à tous les sites hébergés par le CDN".

En reposant sur une telle infrastructure, GreatFire imaginait se mettre à l'abri de la censure, en comptant sur un certain esprit de proportionnalité des autorités chinoises. C'est ce qu'il avait expliqué lorsqu'il avait aussi choisi de d'utiliser le cloud d'Amazon.

Mais le pari n'a fonctionné qu'un temps, et la Chine (qui veut le soutien de l'Europe pour la censure) a finalement décidé d'utiliser l'arme lourde. A moins qu'elle n'ait pas encore pris conscience de toutes les conséquences pour l'économie numérique chinoise, ou qu'elle cherche à pousser EdgeCast à résilier de lui-même avec le client qui impacte l'ensemble de ses activités en Chine… C'est peut-être nouveau un bras de fer qui s'engage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés