C'est officiel depuis ce vendredi matin. Désormais, les administrations publiques et les acteurs privés qui souhaitent se conformer aux normes ne devront plus employer l'expression "big data" pour décrire les immenses bases de données sur lesquelles sont effectuées des calculs statistiques, mais le terme plus francophone de "mégadonnées". C'est en effet l'avis de la Commission générale de terminologie et de néologie, publié au Journal Officiel. Celle-ci a pour mission trouver des équivalents de vocabulaires pour lutter contre l'invasion de l'anglais dans le langage technique, perçu comme une menace pour la francophonie.

Selon la définition qu'elle en donne, les mégadonnées sont des "données structurées ou non dont le très grand volume requiert des outils d'analyse adaptés". La Commission autorise également l'utilisation de l'expression "données massives".

Avant cela, la Commission a livré de nombreuses recommandations, comme :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés