En cas de meurtre, tout ce que vous demandez à votre téléphone pourra être retenu contre vous.

L'affaire pourrait passer pour un canular si elle n'était pas relayée par le très sérieux Time, qui prend lui-même ses sources dans un quotidien local de Jacksonville, à proximité des lieux du drame. A Gainsville, en Floride, un homme a été trahi au tribunal par un témoin surprise, son iPhone, avec lequel il avait demandé à Siri comment "cacher le corps de mon colocataire".

Scripté pour répliquer avec quelques blagues de temps en temps (pour s'approcher du test de Turing), l'application d'intelligence artificielle d'Apple lui a alors proposé le 20 septembre 2012 de préciser sa requête. "Quel type d'endroit recherchez-vous ?", avait demandé Siri selon l'historique obtenu par les enquêteurs. "Des marais ? Des réservoirs ? Des fonderies de métaux ? Des décharges ?". Or la date de la question coïncide avec la date présumée de la mort de l'étudiant.

Plus étonnant, les enquêteurs ont pu savoir que le suspect avait utilisé la "lampe torche" de son iPhone à neuf reprises le 20 septembre 2012, pour une durée totale d'utilisation de 48 minutes. De quoi laisser penser à la police que l'homme s'est déplacé de nuit pour cacher le corps, et a utilisé son téléphone pour s'éclairer dans la pénombre.

Le suspect avait semble-t-il pensé à éteindre son téléphone entre 23h31 et 00h01 la nuit du meurtre, sans doute pour éviter que ses mouvements puissent être géolocalisés. Mais il n'a pas pensé que d'autres éléments à charge pourraient se trouver dans son téléphone et dans les bases de données d'Apple.

La police dispose par ailleurs tout de même de données de géolocalisations qui montrent que le suspect n'était pas où il prétendait être le soir du drame.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés