Alors que le parquet général de Russie s'est montré intraitable vis-à-vis du Bitcoin, la banque centrale se montre moins définitive. Pour un haut responsable de l'institution, il ne faut pas ignorer cette monnaie électronique, qui est peut-être l'avenir.

La Russie va-t-elle réviser son jugement sur le Bitcoin ? En début d'année, le parquet général s'était montré intraitable vis-à-vis de la devise électronique. Réaffirmant que le rouble "est la seule devise valable", il a même annoncé l'arrivée prochaine de mesures "concrètes" pour s'opposer au Bitcoin, estimant que sa valeur est "exclusivement spéculative" et, de fait, constitue un "grand risque de perte".

Mais pour le premier vice-président de la banque centrale russe, il ne faut pas aller trop vite en besogne. "On ne peut pas ignorer cet instrument, peut-être représente-t-il le futur" a expliqué Georgy Luntovsky dans des propos repris par Russia Today. "Peut-être qu'à un moment donné, nous allons prendre une décision concernant la réglementation de ce sujet", a-t-il ajouté.

"Nous préconisons une approche prudente à l'égard du Bitcoin et nous sommes en train de surveiller la situation avec la banque des règlements internationaux", a poursuivi Georgy Luntovsky, reconnaissant au passage que la banque centrale est en train d'étudier les monnaies électroniques en coopération avec l'exécutif.

Si la Russie est manifestement en train de changer de ton vis-à-vis du Bitcoin, d'autres nations sont beaucoup plus en avance. C'est le cas du Canada, qui considère les Bitcoins comme de la monnaie. Ottawa compte toutefois surveiller certaines transactions, notamment celles qui pourraient impliquer du blanchiment d'argent et constituer un moyen pour échapper à l'impôt.

( photo : CC BY Casascius )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés