Pour la troisième fois en quatre ans, des sujets du bac ont fuité sur Internet avant leur organisation. Mais c'est la première fois que l'épreuve de philosophie est touchée, avec des conséquences sans doute plus grave que pour les cas précédents.

C'est désormais quasiment une tradition annuelle. Tout comme en 2011 avec une question de l'épreuve de maths publiée sur le forum du site JeuxVideo.com, ou au même endroit en 2012 avec des sujets des bac L et ES, le baccalauréat 2014 n'a pas su tenir jusqu'au bout la nécessaire confidentialité des sujets. Comme l'a révélé une journaliste du Monde, les sujets de l'épreuve de philo du bac ES sont apparus sur Twitter dès hier soir, et ceux de la série L ont été publié à 8h31, une demi-heure avant le début officiel de l'épreuve. De quoi potasser ses fiches Bristol en express :

Informé de cette nouvelle fraude, le ministère de l'Education nationale a indiqué que la Brigade de cybercriminalité de le gendarmerie de Rosny-sous-Bois avait été saisie d'une enquête visant à identifier l'auteur de la fuite.

Les gendarmes devraient selon toutes vraisemblances demander à Twitter de communiquer toutes les informations en sa possession (adresses IP utilisées, adresse e-mail, messages privés,…), si besoin avec le recours à une ordonnance judiciaire. De quoi lui permettre de réaliser les compléments d'enquête nécessaires, notamment auprès des fournisseurs d'accès à internet, pour retrouver l'internaute qui a publié le message, et sa propre source. Il risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement.

Epreuve annulée ?

En 2011, le ministère avait choisi d'annuler la question qui avait fuité, sans annuler l'épreuve de mathématiques elle-même, tandis qu'en 2012 il avait plaidé le doute sur la nature réelle de la fuite. Mais cette fois-ci, les choses pourraient être différentes s'il est avéré que le sujet de philosophie a bel et bien fuité et que des lycéens ont pu en prendre connaissance plusieurs heures avant l'épreuve. Par nature, l'épreuve de philo ne se compose que d'une seule et unique question, ou plutôt du choix entre trois questions. Pour le bac ES, il s'agissait cette année de ces trois sujets :

  • "Sujet 1 : Suffit-il d'avoir le choix pour être libre ?"
  • "Sujet 2 : Pourquoi chercher à se connaître soi-même ?"
  • Commentaire d'un texte de Hannah Arend, Condition de l’homme moderne, 1958

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés