Depuis son retour dans le commandement militaire intégré de l'OTAN, la France est de plus en plus plus présente dans les structures de l'alliance Atlantique. Et du fait des orientations prises par le dernier livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, qui laisse une large place à la cyberdéfense, il n'est pas surprenant de voir l'Hexagone faire preuve d'allant sur ce sujet.

Signe de ce volontarisme, la France rejoint officiellement ce mardi 3 juin le centre d'excellence de l'OTAN chargé des questions de cyberdéfense (CCD COE), en même temps que le Royaume-Uni et la République tchèque. D'autres pays s'apprêtent à intégrer cette structure, dont la Grèce et la Turquie. Un pays non-membre de l'OTAN est aussi candidat : la Finlande.

"La mission du CCD COE est d'améliorer la capacité, la coopération et le partage d'informations au sein de l'OTAN, entre ses pays membres et ses partenaires dans la cyberdéfense", selon le descriptif du centre d'excellence. Il s'agit d'être une source d'expertise, quitte à explorer des problématiques éthiques.

Outre les États mentionnés ci-dessus, le CCD COE regroupe l'Estonie, l'Allemagne, la Hongrie, l'Italie, la Lettonie, les Pays-Bas, la Pologne, la Slovaquie, l'Espagne et les États-Unis.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés