L'ancienne présidente de la RIAA Hilary Rosen travaille désormais à son compte, et sa langue se délie. Elle émet de sérieux doutes sur la pertinence des plaintes contre les internautes, appelle de ses voeux la suppression des DRM, applaudit les Creative Commons et prend la défense de XM Radio dans un procès qui les oppose... à la RIAA.

Lorsque la dame de fer de l’industrie musicale a quitté la RIAA en 2003 après 17 ans de service, c’était officiellement pour se rapprocher de sa famille et s’occuper davantage de ses enfants. Mais à lire les prises de positions récentes exprimées par Hilary Rosen, on peut se demander si la lobbyiste en chef des majors du disque n’a pas tout simplement quitté la maison suite à des désaccords sur la politique à suivre.

Déjà récemment, Mme Rosen tenait à rappeler sur son blog de commentatrice politique que « les plaintes contre des individus lancées par la RIAA ont commencé après que je sois partie« . « Je partage le sentiment que les plaintes ont épuisé la majeur partie de leur utilité« , avait-elle déclaré, ajoutant que « les maisons de disques doivent travailler plus dur pour implanter une stratégie qui légitime davantage de sites P2P et qui étende le champ du téléchargement et des abonnements en travaillant plus dur avec la communauté technologique pour avoir des appareils et des services de musique qui fonctionnent mieux ensemble« .

Dans une interview accordée au magazine Wired, Hilary Rosen confirme et signe. A nouveau, elle pose la question de l’intérêt de continuer à porter plainte individuellement contre les internautes, et se démarque du fanatisme à l’encontre des DRM. « J’ai toujours été une partisane de l’interopérabilité« , explique-t-elle, avec un argument convaincant. Elle rappelle que l’initiative SDMI dans les années 1990 devait assurer à la fois un objectif de sécurité et d’interopérabilité – c’était alors un DRM des premières heures, un standard que devait partager l’industrie mais qui n’a jamais été déployé, puisqu’immédiatement craqué par le professeur Ed Felten. Microsoft et Apple sont venus imposer leur système propriétaire à la suite de cet échec de standardisation. « Quand je regarde quelque chose comme iTunes et le succès de l’iPod, je pense simplement à quel point le marché de la musique en ligne pourrait être plus gros s’il y avait une interopérabilité entre les différents services et les différents appareils« , se désole Hilary Rosen. Contre toute attente, l’ancienne responsable du lobby des majors de l’industrie du disque encourage la création d’un modèle économique sans DRM. « Vous pouvez éliminer les DRM et essentiellement avoir n’importe quels contenus vendus partout« , assure-t-elle. « Je ne suis pas particulièrement fan du MP3 – je ne crois pas que la qualité audio soit si bonne – mais ça pourrait être du AAC ou autre chose« .

Ecouter la parole des anciens ?

Pour Rosen, « le choix désormais est soit d’y aller sans protection pour que tout le monde ait la même chose et que le marché se déploie, soit de continuer à suivre un chemin qui me semble hostile pour les consommateurs et pour l’industrie« .

Enfin, Hilary Rosen aborde avec Wired le conflit qui oppose la RIAA à XM Radio, le prestataire de radio par satellite aux Etats-Unis. XM Satellite Radio a commercialisé le Pioneer Inno, un appareil qui permet de recevoir le signal sattelite mais également d’enregistrer jusqu’à 50 heures de contenu sur un disque dur de 1Go. Les morceaux enregistrés sont stockés en WMA protégé par un DRM, et ne peuvent pas être transférés. Mais la RIAA a tout de même porté plainte et veut anéantir la copie privée sur les signaux de radio satellite. Pour Rosen, « clairement les consommateurs ont le droit d’enregistrer de cette façon« . « Franchement, je pense que si la procédure continue devant le tribunal, les maisons de disques vont perdre« , assure-t-elle.

Cela fait six mois que Hilary Rosen est consultante pour XM Radio. Les temps changent…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés