Conforté par un jugement favorable rendu en première instance, YouTube a saisi la cour constitutionnelle turque pour mettre fin au blocage qui empêche les internautes du pays de se connecter à la plateforme.

Qui ne tente rien n'a rien. Encouragé par un premier jugement rendu en sa faveur par un tribunal turc, YouTube a décidé ce lundi de pousser sa chance un peu plus loin en déposant une requête auprès de la cour constitutionnelle. Le site web d'hébergement de vidéos souhaite en effet défendre auprès de la plus haute juridiction du pays la levée du blocage de son service par les opérateurs locaux.

YouTube espère évidemment connaître le même sort que Twitter, dont les ennuis dans le pays ont connu une issue positive. La censure du réseau social a en effet pris fin en Turquie le 3 avril, un jour après la décision de la cour constitutionnelle. Cette dernière a considéré dans sa décision que l'interdiction du site communautaire mise en place par la haute instance des télécommunications (TIB) est "illégale".

L'action conduite à l'encontre de YouTube trouve son origine dans la mise en ligne de deux enregistrements sur la plateforme américaine. Les deux pistes sonores évoquent, selon les retranscriptions, une réunion secrète de responsables turcs pour évaluer la pertinence d'une action clandestine en Syrie afin de justifier par la suite une intervention militaire de la Turquie.

Ce n'est pas la première fois que l'accès à YouTube depuis la Turquie est entravé. Le site a été bloqué à plusieurs reprises (en mars 2007, avant d'être ré-autorisé deux jours plus tard, mais aussi en septembre 2007 et une nouvelle fois trois ans après). YouTube a bien protesté, avant finalement de se soumettre à la censure.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés