Un tribunal turc a ordonné à l’autorité des télécommunications de la Turquie de bloquer entièrement l’accès à YouTube. Un refrain déjà entendu en mars 2007. Le tribunal a pris la décision après qu’un internaute turc ait dénoncé une vidéo de YouTube qui caricaturait non seulement l’intouchable Mustafa Kemal Atatürk (le fondateur de la République Turque), mais aussi l’actuel président Abdullah Gul, le Premier Ministre Recep Tayyip Erdogan, et l’armée nationale.

En mars, le blocage de YouTube avait duré deux jours, le temps pour Google de retirer la vidéo satirique et de céder ainsi à la censure.

Ce mois-ci, la Turquie a également exigé le blocage de The Pirate Bay, une décision que n’osent pas prendre les démocraties occidentales, de peur de mettre le doigt dans un engrenage qui les conduirait à choisir sur des critères subjectifs quels sites méritent d’être accessibles et lesquels méritent d’être censurés.

Au moment où Nicolas Sarkozy semble faire marche-arrière sur la question de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne, ces atteintes à la liberté d’expression auront de quoi donner du grain à moudre aux opposants du projet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés