Sur fond de tensions stratégiques, trois des six membres du Conseil d'administration de Mozilla ont décidé de quitter le navire, pour marquer leur désaccord avec le choix du nouveau directeur Brendam Eich.

La tension règne actuellement à Mountain View, au siège de la fondation Mozilla. Le Wall Street Journal révèle que trois des six membres du conseil d'administration de Mozilla ont choisi de démissionner, pour protester contre la nomination de Brendam Eich en tant que directeur exécutif de l'éditeur de solutions open-source.

Les trois démissionnaires sont Gary Kovacs, ancien directeur de Mozilla qui est aujourd'hui à la tête de la société de logiciels de sécurité AVG Technologies ; John Lilly, lui aussi ancien directeur de Mozilla, désormais investisseur chez Greylock Partners ; et Ellen Siminoff, directrice de la start-up Shmoop spécialisée dans les solutions éducatives à distance.

Le site officiel de Mozilla liste encore trois membres du conseil d'administration : Mitchell Baker, co-fondatrice de la fondation ; Reid Hoffman, co-fondateur de LinkedIn ; et Katharina Borchert, directrice du site d'information allemand Spiegel Online.

Même si ces démissions interviennent au moment où des employés de Mozilla réclament la démission de Brendam Eich, au motif qu'il avait apporté en 2008 son soutien financier à une campagne d'opposition au mariage gay en Californie (ce pour quoi il s'est excusé depuis), la motivation des démissionnaires serait purement stratégique et révèle les difficultés auxquelles fait face Mozilla.

Les trois membres partants demandaient en effet que Mozilla nomme à sa tête un(e) spécialiste du marché mobile, au moment où la fondation lance son système d'exploitation Firefox OS pour tenter d'apporter une alternative à Android, iOS et Windows Phone. L'OS mobile de Mozilla est en effet la meilleure chance qu'a l'éditeur de reconquérir des parts de marché désormais grignotées par Chrome, Safari et Internet Explorer, qui sont imposés par défaut sur les mobiles utilisés par les internautes. C'est aussi une chance de développer de nouvelles sources de revenus et donc d'indépendance, notamment avec les applications HTML5 distribuées sur la plateforme Firefox Marketplace.

Or Brenan Eich n'est pas un stratège du mobile, mais un technicien spécialisé dans le web. Créateur du langage JavaScript, Eich avait rejoint Netscape (l'ancêtre commercial de Firefox) en 1995 avant de co-fonder Mozilla en 1998. Il avait rejoint le conseil d'administration de la fondation en 2005.

Selon StatCounter, Firefox avait gagné jusqu'à 32 % de parts de marché dans le monde fin 2009, avant de baisser progressivement et d'atteindre aujourd'hui seulement 19 % des internautes, victime de la montée fulgurante de Chrome (43 %) et dans une moindre mesure de Safari (9,5 %). Sur mobiles, la part de marché de Firefox Mobile est à peine perceptible.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés