Lorsque François Hollande s'était rendu en Arabie Saoudite, nous avions pointé du doigt le silence de la France sur le sort de Raif Badawi, un blogueur qui risque la peine de mort pour s'être exprimé contre le régime dictatorial et pour avoir prétendument renoncé à l'islam. Le silence des pays occidentaux permet à l'Arabie Saoudite de continuer à enfreindre la liberté d'expression en toute impunité diplomatique.

Ainsi samedi, alors-même que le président des Etats-Unis Barack Obama était en visite à Riyad, le régime saoudien aurait fait procéder à l'arrestation de trois internautes qui avaient crié leur colère sur YouTube, en mettant en contraste leur propre pauvreté et la corruption des dirigeants. Les trois hommes, qui ont tous décliné leur identité réelle (l'un d'eux a même montré sa carte d'identité), avaient appelé les internautes saoudiens à les imiter pour provoquer un mouvement insurrectionnel, dans un pays où les appels à manifestations sont interdits.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés