La ville de Besançon a dû envoyer un courrier d'excuses aux parents d'élèves, après leur avoir fourni une clé USB de contenus ludo-éducatifs... sur laquelle figuraient des liens vers des sites "non adaptés au mineurs".

La bourde est bien involontaire, mais elle devrait inciter les professionnels de l'éducation à la prudence lorsqu'ils établissent des listes de sites web recommandés aux enfants, alors qu'une URL n'a rien de pérenne, et peut changer de propriétaire du jour au lendemain.

A Besançon, la municipalité a été alertée par des parents choqués de découvrir, en ouvrant une clé USB de logiciels ludo-éducatifs distribuée par la Communauté d'agglomération du Grand Besançon, une page HTML avec des liens menant vers différents sites… dont au moins deux étaient devenus des sites pour adultes. "Leur nom de domaine a été repris par des sociétés qui hébergent depuis des sites pornographiques", nous précise un parent d'élève.

Les clés USB ont été distribuées dans le cadre de l'opération Besançon Clic, à travers laquelle la municipalité offres des "cartables numériques" (en fait des PC de bureaux) à des élèves de CE2, pour les familiariser à l'outil numérique. Dans ce cartable figure notamment une "clé USB de 2 Go pour le transfert de logiciels éducatifs agréés par l’Education nationale".

Mardi, les parents concernés ont tous reçus un courrier d'excuses signé de la direction générale des services de la ville de Besançon. "Sur cette clé figurent plus d'une centaine de logiciels ludo-éducatifs ainsi que des liens vers des sites internet de téléchargement complémentaires ou d'actualisation. A notre insu, deux de ces sites ont très récemment changé de propriétaire et présentent désormais des contenus inadaptés aux mineurs", reconnaît la ville.

"Nous vous invitons par conséquent à ne pas utiliser les clés "Ordi-Classe" qui seraient en votre possession, y compris celles des années précédentes et à les rapporter à l'école pour procéder à leur remplacement".

"Croyez bien que nous sommes très sincèrement désolés de cette situation", s'excuse la municipalité.

"D'ores et déjà, nous vous rappelons l'intérêt d'activer un logiciel de contrôle parental", conclut la lettre. Mais elle se garde bien de communiquer une URL où les télécharger.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés