Twitter fait une place aux scientifiques. Le réseau social compte faciliter l'accès de ces derniers à ses données, dans le cadre de travaux universitaires.

En décembre, l'agence britannique responsable des normes alimentaires expliquait se servir de Twitter pour suivre la propagation de la gastro-entérite sur le territoire d'Albion, en organisant une veille sur un certain nombre de mots-clés.

Ce n'est évidemment pas le seul exemple ; d'autres suivis existent, à l'image du projet de l'université américaine John Hopkins, qui fait la même chose concernant la grippe.

Ces initiatives qui exploitent le contenu des réseaux sociaux pour suivre la situation sanitaire d'un pays, en se basant tout simplement sur le témoignage des internautes, n'ont évidemment pas échappé à Twitter. Le site communautaire suit ces projets avec grand intérêt, et cherche même à les encourager. La preuve, le service a annoncé mercredi le lancement d'une plateforme dédiée.

"Jusqu'à ce jour, il était difficile pour les chercheurs n'appartenant pas à l'entreprise mais s'attaquant à des problématiques importantes de collaborer avec nous pour accéder à nos données publiques, historiques", explique Twitter, qui veut donc que son nouveau programme puisse aider les scientifiques en leur facilitant l'accès aux données dont ils ont besoin.

Twitter précise toutefois qu'il s'agit d'une idée en phase d'expérimentation. "Nous allons sélectionner un petit nombre de candidatures qui recevront recevoir des fichiers de données gratuitement". Le pilote lui-même est soumis à des restrictions particulières. Les universitaires intéressés par cette nouvelle plateforme sont invités à postuler jusqu'au 15 mars.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés