La tension est forte entre Washington et Moscou, et tout est bon pour retarder l'entrée de la Russie à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Selon le New York Times, même le très contesté AllOfMP3.com pourrait poser problème.

AllOfMP3.com est un site de vente de musique en ligne très apprécié des internautes du monde entier. Plutôt que de vendre chaque morceau à prix unique, le site propose d’acheter des albums au poids, ou plutôt au méga-octet de téléchargement. Les albums qui sont vendus sur iTunes 9,99 euros se trouvent ainsi à moins de 2 euros sur AllOfMP3, et le catalogue n’est pas limité aux accords avec les maisons de disques, ni aux volontés des artistes. On trouve par exemple les albums des Beatles alors que les ayant droits refusent toujours leur entrée dans l’ère numérique.

Selon une étude du cabinet britannique XTN Data, le site russe serait la deuxième plate-forme la plus populaire outre-Manche, avec 14 % de parts de marché. ComScore Networks, un institut qui veille sur les pratiques des internautes, indique que le site aurait attiré 345.000 visiteurs uniques aux Etats-Unis. C’est beaucoup moins que les 19 millions de la plate-forme iTunes de Apple, mais c’est largement suffisant pour attiser la colère des Américains.

Car AllOfMP3 n’est pas légal, selon les grandes organisations d’auteurs et de maisons de diques. La société russe MediaServices, éditrice de AllofMP3, affirme en revanche sa pleine légalité. Elle affiche une licence tout à fait légale passée avec une société de gestion de droits d’auteur multimédias russe, la ROMS. Cette dernière, qui perdrait dans le cas contraire celui qui est probablement son plus gros client en Russie, n’hésite pas à confirmer la légalité de AllOfMP3 devant les journalistes. « Sauf à ce qu’un tribunal dise le contraire, nos actions sont légales« , affirme au New York Times Oleg Nezus, le directeur général de la ROMS. Sa société a été exclue de la CISAC en 2004, justement pour avoir accordé des licences sur de la musique étrangère, sans avoir eu l’accord des maisons de disques.

Les autorités judiciaires russes ont pour le moment jugé en faveur de AllofMP3. Le 16 mai, la Fédération Internationale de l’Industrie Phonographique (IFPI) a encore essuyé un échec à Moscou. Vladimir Dragunov, conseiller juridique de l’IFPI en Russie, affirme que l’affaire a été rejetée sur des motifs techniques et que l’IFPI a interjeté appel. D’autres procédures seraient en cours, affirme le juriste au New York Times. Mais le puzzle juridique est complexe et prend un tour politique.

Le journal de la côte est place le site au coeur de tensions diplomatiques entre Moscou et Washington. « Le niveau officiel d’inquiétude est si grand à propos de AllofMP3 que des négociateurs des Etats-Unis ont averti que le site web pourrait compromettre l’entrée recherchée depuis longtemps de la Russie dans l’Organisation Mondiale du Commerce« , écrit le journaliste Thomas Crampton. Les diplomates américains veulent contraindre Moscou à combler les vides juridiques sur lesquels s’appuie AllofMP3 pour maintenir son service en ligne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés