La fondation Wikimédia a décidé de demander aux internautes si elle devait prendre en compte le format vidéo propriétaire MP4 sur ses projets, afin de faciliter l'accès à ses contenus mais au risque de fouler au pied ses principes. Un appel à commentaires a été lancé.

Wikimédia a un problème. La fondation doit-elle accepter de prendre en charge le format vidéo propriétaire MP4, quitte à faire une entorse à ses principes, afin que ses contenus soient accessibles au plus grand nombre ? Ou doit-elle rester fidèle à ses convictions et privilégier toujours l'usage des formats ouverts, alors que ces derniers ne sont utilisés que par une frange limitée d'utilisateurs ?

L'équipe multimédia n'ayant pas réussi à résoudre seule ce dilemme, elle a publié un appel à commentaires (RFC) ce jeudi. Elle souhaite en effet connaître l'opinion de la communauté sur ce point afin de déterminer s'il faut prendre en compte le format MP4 et, le cas échant, de quelle manière. Cet appel à commentaires est ouvert à tous et prendra fin le 14 février.

"La vidéo est beaucoup utilisée à des fins éducatives sur Internet. Les vidéos en ligne peuvent être un outil d'apprentissage efficace, en particulier pour les personnes qui ne peuvent lire correctement", explique la fondation Mozilla. "Toutefois, la vidéo n'est pas très utilisée sur les projets Wikimédia. A ce jour, seulement 38 000 fichiers vidéos ont été téléversés sur Wikimédia Commons".

En comparaison, YouTube met à disposition 6,8 millions de vidéos éducatives. Wikimédia enregistre donc un retard considérable et s'interroge naturellement sur les raisons de cet écart. L'une d'elles est que la plateforme américaine n'est pas entravée par cette problématique, tandis que la fondation se contente pour l'heure de supporter deux formats ouverts, à savoir Ogg Theora et WebM.

Or, l'adoption d'Ogg Theora et de WebM est freinée à trois niveaux :

  • la création d'une vidéo dans l'un de ces formats est difficile. Les appareils qui sont en mesure d'enregistrer dans l'un ou l'autre format ne sont pas très nombreux. Cela inclut les téléphones mobiles modernes, qui sont la principale source des nouvelles vidéos à l'échelle mondiale. Une fois que la vidéo est enregistrée dans un autre format, des outils spéciaux comme Firefrogg sont nécessaires pour la ré-encoder dans un format ouvert, des plugins spéciaux sont indispensables pour les éditer, et ces derniers ne sont pas utilisés communément au sein de la communauté dédiée à la création et d'édition vidéo.
  • Une fois créé, un tel fichier ne peut pas être consulté sur plus de deux tiers des appareils mobiles utilisant les sites Wikimedia – et la majorité des vidéos enregistrées sur des appareils mobiles ne peut pas être téléversée directement à nos sites. C'est particulièrement préoccupant, parce que l'usage mobile sur les sites Wikimédia est déjà important (33 % du total des pages vues le mois dernier) et croit rapidement.
  • Alors que les navigateurs Chrome et Firefox utilisés par une majorité de nos visiteurs supportent WebM par défaut, un grand nombre d'utilisateurs (plusieurs centaines de millions) visite notre site chaque mois dans des navigateurs qui font défaut. Pour eux, regarder nos vidéos est très difficile, nécessitant des installations spéciales de logiciels qui sont compliquées pour des utilisateurs occasionnels.

Le problème soulevé par Wikimédia n'est pas nouveau. Il y a deux ans, la fondation Mozilla s'est retrouvée dans une situation similaire : devait-elle faire preuve de pragmatisme et prendre en considération le format propriétaire H.264 dans Firefox OS, afin de ne pas pénaliser les usagers occasionnels qui ignorent ces problématiques, ou bien garder sa ligne de conduite et ne soutenir que les formats libres ?

Les divers obstacles rencontrés par Ogg Theora et WebM n'existent pas dans le cas du MP4. La résolution de ce problème ne sera pas simple, car chaque solution peut s'appuyer sur des arguments recevables. Pas sûr en tout cas que l'appel à commentaires permette de trouver une solution : la communauté est divisée sur le sujet (38 votes pour un support total/partiel/conditionné ; 20 votes contre).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés