Avec Android 4.3, Google a donné la possibilité à l'usager de régler très précisément les autorisations d'accès pour chaque application. Or, la firme de Mountain View affirme qu'il n'était pas prévu de donner ce contrôle à l'usager, le groupe évoquant une expérimentation. Avec Android 4.4.2, ces réglages ont été retirés, Google pointant une instabilité logicielle.

C'est un changement qui est passé relativement inaperçu, jusqu'à ce que l'Electronic Frontier Foundation s'en mêle. Jeudi dernier, l'ONG a publié un article dans lequel elle a regretté le retrait d'une fonctionnalité tout à fait ambitieuse, baptisée "fonctionnement des applications" (App Ops). Apparue cet été avec la version 4.3 d'Android, elle a été retirée le 9 décembre avec la publication d'Android 4.4.2.

Cette fonctionnalité était très intéressante. En effet, elle laissait à l'usager le soin de définir lui-même les droits d'accès de chaque logiciel sur le point d'être installé. Plusieurs réglages étaient proposés : a-t-elle le droit de connaître la géolocalisation de l'utilisateur, via son terminal ? Peut-elle accéder aux contacts ? Lire le journal d'appels ? Utiliser le vibreur du mobile ? Publier des notifications ?

De la sorte, le propriétaire du terminal Android pouvait gérer finement les autorisations de chaque application et éviter que des tiers puissent accéder à certaines informations stockées sur le téléphone. Or cet App Ops ne devait pas être publié, selon Google. Il s'agit d'un programme expérimental qui n'avait pas vocation à être généralisé sur les téléphones du grand public. Du moins, pas dans l'immédiat.

Contacté par l'EFF, Google a assuré que le retrait de l'App Ops n'a pas eu pour but de réduire la confidentialité des données. Il s'agit, selon l'entreprise américaine, de résoudre divers problèmes de stabilité causés par l'App Ops. Selon la firme de Mountain View, son utilisation peut engendrer des dysfonctionnements ou des arrêts non programmés. C'est discutable.

L'accès au "fonctionnement des applications" nécessite l'emploi d'un autre programme, l'App Ops Launcher. Or, on peut penser que seuls ceux ayant  l'habitude de mettre les mains dans le cambouis auraient su et voulu jouer sur les autorisations. En cas de plantage, il aurait été facile d'annuler et de remettre le réglage initial. Quant aux autres utilisateurs, l'App Ops n'aurait rien changé à la stabilité de l'O.S.

L'EFF n'a pas été convaincu par les explications de Google. "Nous nous méfions de cette explication, et ne pensons pas que cela justifie en aucune manière de retirer la fonctionnalité plutôt que de l'améliorer". "Pour le moment, les utilisateurs devront choisir entre soit la vie privée ou à la sécurité sur les appareils Android, mais pas les deux", a ajouté l'ONG.

Ceux qui sont à l'aise en informatique n'auront sans doute aucune difficulté à réinstaller sur leur mobile la version 4.3 d'Android pour profiter de l'App Ops. Mais en faisant cela, ils ne bénéficieront plus des nouveautés et des améliorations apportées au fur et à mesure des mises à jour, notamment sur le plan de la sécurité.  À moins que Google ne finisse par réintroduire un jour l'App Ops…

( photo : CC BY Uncalno Tekno )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés