L'association Terre des Hommes a utilisé une représentation virtuelle très réaliste d'une jeune Philipinne de 10 ans pour piéger un millier de pédophiles qui pensaient s'offrir les services pornographiques d'une enfant, par webcam.

La branche néerlandaise de l'association Terre Des Hommes (en français dans le texte) a mis en ligne mardi une vidéo sur la lutte contre le tourisme sexuel par webcam interposées, une pratique qui serait fortement développée aux Philippines avec plusieurs dizaines de milliers d'enfants exploités pour assouvir les demandes de clients occidentaux.

A cette occasion, l'association a révélé la conception saisissante de réalisme de Sweetie, une jeune philippine de 10 ans, entièrement réalisée en images de synthèse. Terre des Hommes Pays-Bas l'a créée pour piéger les pédophiles qui demandaient à voir leur victime par webcam, avant de proposer de la payer pour assouvir leurs fantasmes et se montrer eux-mêmes en pleine masturbation. 

L'ONG dit avoir réussi à entrer ainsi en contact avec 20 000 "prédateurs sexuels", et en en avoir identifié 1000 grâce aux informations qu'ils communiquaient eux-mêmes sur le service de messagerie. La liste de ces 1 000 individus, issus de 71 pays, a été communiquée lundi à Interpol, avec toutes les preuves réunies, y compris les séquences vidéo enregistrées.

Le but de l'opération est de démontrer qu'avec de la volonté et quelques moyens, les autorités occidentales peuvent traquer les pédocriminels en usant des mêmes méthodes. L'association lance à cet effet une pétition, et espère réunir un million de signatures.

Reste une question tabou, à laquelle il est très difficile de répondre. Si des personnages virtuels comme Sweetie sont aujourd'hui suffisamment réalistes et convaincants pour assouvir les besoins des pédophiles, et s'il est démontré qu'ils n'entraînent pas une volonté de "passer à l'acte" avec de vrais enfants, est-il légitime de continuer à interdire la pédopornographie virtuelle ?

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos