Alors que la guerre des brevets semblait avoir baissé de rythme, elle est aujourd'hui relancée à un degré inédit avec la plainte déposée contre Google et sept fabricants de téléphones sous Android, dont Samsung, par un consortium formé par Microsoft, Apple, BlackBerry, Ericsson et Sony.

"La guerre des brevets devient nucléaire". C'est par ce titre qui ne se veut pas exagéré que le magazine Ars Technica rapporte ce vendredi le dépôt de plusieurs plaintes en contrefaçon de brevets déposées par le consortium Rockstar (aucun rapport avec l'éditeur de jeux vidéo), contre Google et sept fabricants de téléphones sous Android : Asus, HTC, Huawei, LG Electronics, Pantech, Samsung, et ZTE.

Si la guerre des brevets sur les smartphones atteint un stade "nucléaire", c'est parce que ces plaintes constituent la première frappe de Rockstar, un consortium formé en 2011 par Microsoft, Apple, Blackberry, Ericsson et Sony, pour s'emparer ensemble des quelques 6000 brevets mis aux enchères par Nortel, et faire obstacle à leur acquisition par Google. Alors que la firme de Mountain View avait d'abord proposé 900 millions de dollars, les cinq alliés ont dû mettre sur la table 4,5 milliards de dollars pour s'approprier l'arsenal dont il fait aujourd'hui usage.

La plainte contre Google implique six brevets, qui sont particulièrement redoutables pour Google. Il s'agit en effet de titres de propriété intellectuels qui décrivent la fourniture de publicités contextuelles dans un moteur de recherche. Le brevet le plus ancien avait été déposé dès 1997, un an avant que Google voit le jour et fasse fortune de ce concept.

Les sept constructeurs de smartphones Android, eux, sont accusés d'avoir violé 7 brevets acquis par Rockstar, portant notamment sur une interface graphique pour naviguer dans des documents électroniques, un filtre pour les protocoles Internet, et un centre de messagerie intégré. Ils pourraient devoir payer une très lourde amende, ou renoncer à commercialiser des smartphones sous Android.

Le consortium, qui s'est entouré de cabinets d'avocats ayant déjà enregistré des victoires spectaculaires (par exemple Apple condamné à 368 millions de dollars), assure agir en totale autonomie. Mais Google ne l'entendra certainement pas de cette oreille.

Le géant de Mountain View va certainement répliquer et utiliser lui aussi l'arsenal nucléaire qu'il s'est constitué en achetant des brevets à IBM, et surtout en achetant Motorola Mobility pour 12,5 milliards de dollars. En achetant le fabricant de smartphones, Google a en effet mis la main sur un portefeuille de plus de 17 000 brevets.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés