Afin de sensibiliser les joueurs aux premiers secours, la Croix-Rouge a lancé une opération de communication très ciblée : au travers un site web, l'association explique pourquoi les healers des jeux vidéo sont aussi très importants dans la vraie vie. Pour l'occasion, elle a adopté un ton tout à fait particulier...


Ceux qui jouent aux MMORPG le savent. Impossible d'aborder un donjon ou un raid dans de bonnes conditions si la composition du groupe fait l'impasse sur le soigneur (ou healer en anglais). Le rôle de celui-ci est en effet primordial : c'est lui qui aura pour mission de remonter les points de vie de ses petits camarades en incantant des sorts bénéfiques, tout en dissipant d'éventuels sortilèges envoyés par l'ennemi.

Les points de vie se retrouvent dans bien des jeux vidéo, sous des formes très diverses. Mais le principe final reste le même : lorsque la jauge atteint zéro, le personnage du joueur meurt. Aussi doit-il faire attention pour durer dans la partie, utiliser des trousses médicales (medipacks) réparties dans le jeu ou faire appel à un allié pour  recevoir des soins, avant de repartir au combat.

Or, c'est sur ce dernier point que la Croix-Rouge française a décidé d'orienter sa campagne afin de mieux sensibiliser les joueurs à l'intérêt des premiers secours. Consciente du grand succès rencontré par le jeu vidéo dans l'Hexagone (plus de 4 personnes sur 10 y jouent régulièrement, selon des chiffres de 2009), l'association a donc mis en ligne le site "Licence to heal" (permis de soigner) et adopté le ton du milieu vidéoludique.

"Sur la route comme dans les jeux, c'est souvent quand ça tourne mal qu'on se rend compte de l'utilité d'un bon healer. Que vous soyez victime ou témoin d'un accident, Licence to Heal vous dévoile les quelques manips qui feront de vous un bon healer IRL", écrit la Croix-Rouge, qui décline ensuite les quatre étapes à suivre pour être un bon soigneur de la vraie vie.

En premier lieu, il faut "protéger le lieu du frag et les joueurs impliqués" avant de "checker les PDV du joueur down". Ensuite, "appeler des renforts" et "faire les manip pour respawn". La Croix-Rouge donne même les commandes à effectuer, expliquant que "Chaque partie est différente, il sera indispensable d'adapter votre gameplay et de bien choisir vos perks pour pouvoir remplir chaque mission".

Si vous êtes joueur, ces phrases ne vous ont certainement pas effrayées. Pour les autres, elles ne font qu'inciter à sécuriser le lieu de l'accident et les personnes concernées, avant de s'enquérir de leur état de santé. Le témoin de la scène doit ensuite prévenir les secours. La Croix-Rouge rappelle enfin que certaines manipulations doivent être évitées, tandis que d'autres doivent être faites sans tarder.

L'initiative de la Croix-Rouge est intéressante, car l'association profite de l'actualité immédiate pour adapter son discours et toucher un public spécifique. En effet, Grand Theft Auto V doit sortir mardi prochain. Or, le graphisme des illustrations n'est pas sans rappeler certains travaux artistiques sur GTA 4 et 5… et l'un des personnages présents à l'image évoque presque un certain Niko Bellic.

Derrière cette campagne, rappelons que la Croix-Rouge organise périodiquement des initiations aux premiers secours et des enseignements plus approfondis (prévention et secours civiques de niveau 1) pour agir lorsque la victime s'étouffe, saigne abondamment, est inconsciente, ne respire pas, se plaint d'un malaise ou d'un traumatisme.

Rappelons que des applications mobiles consacrées aux premiers gestes qui sauvent peuvent être installées sur un smartphone (sous iOS et Android au minimum). Il y a celle de la Croix-Rouge française mais aussi celle baptisée "Arrêt Cardiaque", qui permet de situer à proximité de sa position (via la géolocalisation) tous les défibrillateurs dans un rayon relativement proche.

( photos : Khammy Vilaysing // CC BY-NC-ND Cardboard-Bread )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés