Microsoft a déposé une demande de brevet sur l'ajout d'un champ "Expiration Time" aux en-têtes des e-mails, qui permettrait de s'assurer de la destruction du message reçu après une date définie par l'expéditeur.

Verra-t-on un jour des e-mails disparaître automatiquement de la boîte de réception ? Microsoft a déposé en février dernier une demande de brevet (.pdf), qui vient d'être rendue publique, sur l'ajout d'une "date d'expiration" dans l'enveloppe virtuelle qui accompagne les e-mails envoyés à ses correspondants. Concrètement, l'inventrice Dolly Sobhani — dont c'est le premier brevet publié — propose que l'on ajoute aux en-têtes des e-mails un champ "Expiration Time", dans lequel figurerait une date précise ou un délai après lequel le message doit être automatiquement supprimé de la boîte de réception.

L'intérêt serait par exemple de supprimer automatiquement les e-mails publicitaires qui portent sur des opérations promotionnelles à durée limitée, mais aussi de s'assurer que des messages potentiellement compromettants ne restent pas longtemps dans les archives du destinataire.

"Un utilisateur qui reçoit le message de courrier électronique a accès au champ d'en-tête « durée de conservation » et peut modifier sa valeur s'il le souhaite et si cela est autorisé par l'expéditeur", indique Microsoft. L'idée est donc d'ajouter une forme de DRM aux messages électroniques, et de permettre aux expéditeurs de choisir si la durée de conservation doit être obligatoirement respectée, ou si le destinataire peut passer outre.

Pour s'en assurer, le protocole proposé par le brevet prévoit aussi une option qui interdirait de déplacer l'e-mail vers un dossier qui ne serait pas synchronisé avec le serveur chargé de supprimer l'e-mail à la date voulue. "L'expéditeur d'un e-mail peut être tellement inquiet des informations sensibles contenues dans l'e-mail que le champ Expiration Time serait configuré en lecture-seule et l'utilisateur destinataire ne pourrait pas modifier la valeur de l'Expiration Time ni avoir la possibilité de déplacer l'e-mail reçu dans un dossier qui n'est pas en synchronisation avec le serveur", explique ainsi Microsoft. Rien n'est dit, en revanche, sur la possibilité d'imprimer le message.

Notons que Microsoft aurait pu faire la proposition d'un tel champ optionnel à l'Internet Engineering Task Force (IETF), qui fixe les protocoles d'envois d'e-mails, mais il a préféré déposer d'abord un brevet. Pour le moment, aucune proposition d'ajout aux standards SMTP ne semble être parvenue à l'IETF, ce qui montre que le brevet devrait rester sans lendemain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés