Le gouvernement a donné son feu vert pour le lancement des quartiers numériques, ces futurs pôles d'excellence dans le domaine des technologies du numérique. Une liste de huit propositions a été avancée, allant du déploiement de l'ultra haut débit dans ces zones à des aménagements fiscaux spécifiques pour soutenir les startups.

À la suite du séminaire intergouvernemental sur le numérique survenu en début d'année, le premier ministre Jean-Marc Ayrault avait présenté une liste de dix-huit mesures pour accompagner la jeunesse, renforcer la compétitivité des entreprises et porter haut les valeurs républicaines dans la sphère dématérialisée. L'une d'elles consiste à créer des "quartiers numériques".

Dans sa feuille de route, le gouvernement avait pointé le "morcellement" et le "manque de visibilité" du secteur numérique alors que le pays regorge de "nombreux atouts" face aux autres nations. Ce "préjudice" affecte le développement des capacités de la France dans la compétition internationale. D'où l'idée de créer des quartiers numériques, avec en ligne deux objectifs.

Il s'agit d'un côté "d'accroître la reconnaissance internationale du secteur numérique français à travers le regroupement d'acteurs et de structures dispersés, dont l'excellence est trop peu connue". De l'autre, ces quartiers numériques serviront à "stimuler le développement du secteur numérique français, stratégique pour le redressement économique et productif de la France".

Selon le calendrier fixé dans la foulée du séminaire, les conclusions de la mission de préfiguration confiée à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) devaient être remises fin juin. Avec un mois de retard, celles-ci ont été communiquées (.pdf ; la synthèse (.pdf)) à l'exécutif. Trois décisions ont été prises par le gouvernement, basées sur les huit recommandations du rapport.

  • Mettre en réseau des quartiers numériques d'excellence sur le territoire : labelliser selon une démarche exigeante et ouverte à toutes les métropoles ; prévoir une gouvernance territoriale distinguant le financement de l'immobilier de l'exploitation des bâtiments étendard.
  • Reconnaître Paris comme métropole numérique et vitrine internationale : mobiliser et renforcer l'écosystème francilien pour positionner Paris comme un hub interconnectant les quartiers numériques régionaux et contribuant à leur rayonnement international.
  • Déployer l'ultra haut débit fixe et mobile dans les quartiers numériques : susciter avec les opérateurs télécoms des déploiements expérimentaux permettant de dépasser localement 1 Gb/s en FTTH, 150 Mb/s en mobile 4G et d'assurer une couverture WiFi optimale.
  • Promouvoir une France créative, entrepreneuriale et innovante incarnée par les "tech champions" : sélectionner chaque année les cinq à dix "tech champions" présentant le plus fort potentiel de croissance internationale, et concentrer sur ceux-ci les moyens de promotion et d'accès aux ressources tant publiques que privées.
  • Déployer une identité unique pour accroître la visibilité internationale des "quartiers numériques" : choisir une identité fédératrice à laquelle tous puissent adhérer, signifiante à l'étranger sans besoin de traduction, facile à écrire et à mémoriser, et qui incarne la puissance et l'ambition numérique françaises.
  • Mettre l'initiative française en réseau avec plusieurs capitales numériques : viser en priorité l'Europe ; prospecter les principaux pays émergents.
  • Déployer un dispositif fiscal attractif pour amplifier l'investissement des business angels : poursuivre l'effort de comblement du déficit de financement des startups, et compléter les efforts déjà consentis par les pouvoirs publics en direction de l'amorçage, en stimulant le retour des business angels.
  • Mettre en œuvre une gouvernance et un calendrier ambitieux : Articuler efficacement gouvernances nationale et territoriale ; incarner l’initiative par des Digital Officers  ; déployer les « Quartiers numériques » en deux vagues successives ; utiliser les dispositifs du Programme d’Investissements d’Avenir pour certains financements.

Selon le gouvernement, les investissements d'avenir seront mis à contribution pour le projet des quartiers numériques, via à un financement dédié. Une concertation doit avoir prochainement lieu, notamment avec la ministre en charge de l'économie numérique et de l'innovation (Fleur Pellerin), le commissaire général à l'investissement (Louis Gallois) et le directeur général de la CDC (Jean-Pierre Jouyet).

D'ici fin octobre, les fondations pour initier ce projet devront avoir été jetées.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés