Avec le volume gigantesque de notifications adressées aux moteurs de recherche pour déréférencer des liens suspectés d'enfreindre le droit d'auteur, il arrive parfois que des erreurs se glissent dans le flot des requêtes. C'est ce qui est arrivé récemment à LeakID, une société spécialisée dans les signalements. Au nom de Microsoft, l'un de ses partenaires, la firme a demandé à Google de censurer des liens... pointant vers les domaines de Microsoft.

À vouloir expulser de l'index de Google des wagons entiers de liens, il arrive parfois que des signalements inattendus se glissent dans les requêtes des ayants droit. La demande repérée ce dimanche par Torrentfreak est sans aucun doute l'une des plus étranges. Et pour cause : la société LeakID, spécialisée dans la notification des liens de contenus enfreignant le droit d'auteur, s'en est pris à Microsoft, l'un de ses partenaires.

La requête, déposée le 22 juillet et reproduite sur le site de Chilling Effects, demande le retrait de plusieurs adresses liées à des domaines possédés par Microsoft. Dans le détail, ne sont concernées que les différentes versions de la suite bureautique Office (de la version 2003 à 2013), avec des liens conduisant en particulier vers la boutique et le support logiciel.

Bien entendu, le signalement de LeakID n'a pas été suivi par Google. Le moteur de recherche américain, s'il doit effectivement agir promptement lorsqu'un ayant droit lui signale un contenu suspecté d'enfreindre la propriété intellectuelle, effectue quand même une vérification d'usage pour s'assurer que la demande est légitime. En l'espèce, l'alerte était erronée.

Ce phénomène n'est pas si inhabituel. Comme nous l'avait expliqué LeakID, il s'agit la plupart du temps d'erreurs causées par le volume très important de demandes semi-automatisées de retraits adressées par Google par les détenteurs de droits. C'est par exemple ce qui est arrivé récemment au lecteur multimédia VLC, visé involontairement par la chaîne américaine HBO.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés