Google, qui reçoit chaque semaine 2,5 millions de demandes de suppressions d'URL de la part des ayants droit, doit savoir faire le tri entre les demandes légitimes et celles réalisées sans rigueur. Par exemple, LeakID a demandé à Google de supprimer près d'un millier de pages menant à des épisodes de Naruto, en prétendant agir au nom de Microsoft.

Mise à jour : Hervé Lemaire, qui dirige LeakID, nous a fait parvenir la réaction suivante :

"LeakID notifie Google chaque jour pour des liens de contenus hébergés de la façon illégale sur des milliers de sites qui pour certains se rémunèrent en plus sur la publicité associée à ces pages, nous notifions chaque semaine environ 30.000 liens. Cette erreur de notre part est due à un champ complété de façon semi-automatique sur une interface web et nous avons détecté cette erreur juste après sans pouvoir la modifier. Google avec qui nous travaillons très régulièrement  et sérieusement a corrigé cette erreur en refusant à juste titre la notification. En aucun cas nous avons essayé de notifier des contenus d’un client en utilisant le nom d’un autre client de façon volontaire bien entendu."

Chaque semaine, l'entreprise parisienne LeakID demande en moyenne à Google de supprimer de son index plus de 30 000 URL, au nom de ses clients ayants droits qui souhaitent faire disparaître les traces des pages sur lesquelles sont diffusées des copies illégales de leurs contenus. Le nombre d'URL ciblées est énorme, mais le nombre des demandes est beaucoup plus restreint, avec seulement une trentaine de sollicitations par semaine, qui regroupent des milliers d'adresses.

Avec un tel volume de moins de 10 demandes groupées par jour, il faut s'attendre à ce que LeakID vérifie manuellement ce qu'il envoie à Google. Or le 26 novembre dernier, LeakID a demandé au moteur de recherche de supprimer d'un coup rien moins que 962 URL, au nom de l'entreprise Microsoft dont les droits auraient été violés. Mais lorsque l'on regarde la liste des URL visées, il s'agit exclusivement d'épisodes du manga Naruto… comme le dit lui-même LeakID dans sa demande de suppressions.

La société LeakID a bien dans ses clients l'éditeur Kana Home Video, qui édite Naruto en France. Il y a deux ans, pour faire place à une offre légale développée par Kana, la société avait en effet fait pression sur l'équipe de fansub Dattebayo, pour qu'elle arrête de proposer les épisodes de Naruto Shippuuden et de Fairy Tail, en étant mandatée par Kana. Mais en matière de droits d'auteur, il faut faire preuve de rigueur.

C'est ce qu'a rappelé Google, qui a refusé d'accéder à la demande de LeakID, et laissé intact le référencement des 962 URL.

Mais visiblement, Google a décidé de faire preuve d'une extrême rigueur dans le traitement des demandes envoyées par LeakID. Le même jour, comme le montre le tableau ci-dessous, Google a refusé en bloc des dizaines de demandes similaires portant chacune sur près de 1000 URL, et toutes envoyées cette fois au nom de Citel Video… la maison mère de Kana.

Google refuse de supprimer les URL si "nous n'avons pas trouvé l'atteinte aux droits d'auteur indiquée, nous avions déjà examiné les URL lors d'une précédente demande, (ou) les URL étaient incorrectes ou entraînaient une erreur".

LeakID était injoignable au moment de la publication de cet article pour apporter des explications.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés