À dix jours du bac, l'éducation nationale accentue sa communication pour dissuader les candidats de tricher. Soucieux que l'édition 2013 se déroule sans souci, les services de Vincent Peillon lancent aujourd'hui une e-campagne contre la fraude. Le déploiement des détecteurs de mobiles dans toutes les académies est confirmé.

Le 17 juin prochain, les épreuves écrites du baccalauréat débuteront. À dix jours de ce grand moment de la vie lycéenne, l'éducation nationale accentue sa communication pour accompagner les candidats. Des conseils sont ainsi prodigués afin de se préparer convenablement à l'examen (pendant les révisions, la veille du passage et le jour J) et des précisions sont apportées sur son déroulement

Mais l'édition 2013 du baccalauréat se fait dans un contexte très particulier, puisque celles survenues en 2011 et 2012 ont été très controversées. L'examen qui a lieu dans quelques jours est donc aussi un test pour l'éducation nationale, qui ne veut pas faire de ce rendez-vous une farce annuelle. Dès aujourd'hui, une e-campagne est donc lancée pour dissuader les élèves de tricher.

"Afin de sensibiliser les candidats aux risques encourus en cas de tentative de fraude pendant les épreuves du baccalauréat", un dispositif "à visée pédagogique et dissuasive" doit permettre "d’informer des candidats des consignes à respecter pendant les épreuves et des sanctions auxquelles ils s’exposent en cas de fraude", expliquent les services de Vincent Peillon dans un article consacré au bac.

Jusqu'au 16 juin, des bannières seront diffusées "sur plusieurs sites particulièrement fréquentés" par les lycéens, ainsi que sur les "réseaux des sites académiques et des sites gouvernementaux". "Le message de ces bannières met en garde les candidats […] et leur propose de cliquer sur un lien renvoyant à la page de conseils du site du ministère de l’éducation nationale".

Le ministère de l'éducation nationale rappelle que "tous les appareils non autorisés doivent être impérativement éteints". Ils doivent être en outre rangés dans les sacs, qui seront eux-mêmes placés près des surveillants, ou remis à ces derniers le temps de l'épreuve. De plus, le déploiement des détecteurs de mobiles dans toutes les académies est confirmée, leur nombre exact et leur emplacement précis demeurant confidentiels.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés