Fer de lance de l'offre légale en matière de musique délivrée en streaming, Spotify continue sa croissance à un rythme soutenu. Si le nombre d'auditeurs continue de progresser, celui des abonnés est également en hausse. La plateforme suédoise en compte plus de 6 millions.

Invitée au festival américain South by Southwest (SXSW), la direction de Spotify a profité de l'occasion pour communiquer de nouvelles statistiques concernant son service. Ainsi, la plateforme suédoise a franchi un nouveau palier en début d'année : il y a désormais plus de 6 millions d'auditeurs qui passent par l'une des deux offres payantes (Unlimited ou Premium) pour écouter de la musique.

Repérée par CNET, cette annonce révèle la très forte attractivité du service. L'été dernier, Spotify annonçait avoir poussé 4 millions d'internautes vers ses formules payantes. Ainsi, le groupe est parvenu en moins d'un an à orienter 2 millions d'usagers de plus vers ses solutions haut de gamme. C'est loin d'être un petit exploit, tant la musique payante peine à s'imposer (la carte musique jeune peut en témoigner).

Si Spotify donne le nombre global d'abonnés, il ne précise pas en revanche combien d'entre eux ont choisi l'offre Unlimited (4,99 euros par mois) ou Premium (9,99 euros par mois). Si les deux formules permettent d'échapper à la publicité, la seconde donne droit à des fonctionnalités supplémentaires (écoute depuis un terminal mobile, comme un smartphone ou une tablette).

La montée en puissance de Spotify est évidemment une bonne nouvelle pour les maisons de disques. D'une part, cela signifie que les internautes reviennent vers une pratique légale : ils paient pour accéder à un service d'écoute de musique en ligne, plutôt que d'arpenter les réseaux P2P et les sites de téléchargement direct (même si les deux usages ne sont pas exclusifs).

D'autre part, les majors peuvent espérer des royalties. Depuis son lancement, la plateforme suédoise a rapporté 380 millions d'euros aux ayants droit en l'espace de quatre ans. Toutefois, Spotify ne cache pas son désir de renégocier l'exploitation des catalogues, afin d'améliorer sa propre rentabilité. La firme pense qu'un compromis est possible, car personne n'a intérêt à compliquer l'essor de l'offre légale.

Le nombre en hausse des abonnés est également la démonstration que la politique de la carotte est toujours plus efficace que la menace du coup de bâton. Autrement dit, c'est par le développement d'une offre légale riche, diversifiée et abordable que les ayants droit ont une réelle chance de détourner les internautes du téléchargement illicite. Pas en brandissant un éventail de sanctions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés