Soucieux de défendre ses intérêts, Google mobilise beaucoup d'argent pour plaider sa cause auprès de la classe politique américaine. Cette année, le groupe devrait atteindre de nouveaux sommets en dépensant plus de 14 millions de dollars. Mais les domaines dans lesquels Google s’investit sont nombreux.

Jamais Google n'a dépensé autant pour défendre ses intérêts. C'est ce que révèle le dernier classement en date effectué par le site OpenSecrets.org, dont la mission est d'observer l'effet de l'argent sur la classe politique américaine, les élections et les politiques publiques. Selon ses calculs, Google a dépensé en 2012 plus de 9,79 millions de dollars. Dans le secteur du net, seul AT&T fait mieux, avec 10,54 millions de dollars.

Toutefois, All Things Digital laisse entendre que les données d'OpenSecrets.org n'ont pas encore pris en compte les dépenses effectuées lors du troisième trimestre. Google a indiqué avoir dépensé 4,18 millions de dollars au cours de cette période. Au total, Google a donc dépensé un peu moins de 14 millions de dollars. Et l'année n'est pas encore terminée.

À mesure que l'entreprise a pris de l'importance, ses dirigeants se sont sentis de plus en plus concernés par les orientations politiques prises par l'administration américaine ou le congrès. Les efforts du géant américain pour empêcher l'adoption des propositions de loi SOPA et PIPA en sont la preuve la plus éclatante. 9,68 millions de dollars a été dépensé en 2011, dont 5,03 millions consacrés à PIPA et SOPA.

Cette année, Google a mis sur pied un nouveau groupe d'intérêt baptisé l'Internet Association. Il s'agit d'un collectif regroupant des entreprises américaines de premier plan comme Amazon, eBay, Yahoo, Facebook ou encore AOL. Derrière les promesses de protéger l'Internet ouvert et les internautes, l'association s'efforce de lever les freins économiques et réglementaires pouvant empêcher ses membres de croître.

Les lois SOPA et PIPA ne sont que la partie visible de l'iceberg des dépenses de Google en matière de lobbying. De nombreux sujets préoccupent l'entreprise américaine, à commencer ceux qui la menace directement. C'est le cas de l'enquête de la FTC, qui doit ouvrir très bientôt une procédure antitrust pour abus de position dominante dans la recherche en ligne.

Mais Google dépense dans d'autres domaines. Cela va des règles de la vie privée à l'heure du tout numérique en passant par le droit des brevets actuel et sa nécessaire réforme, sans oublier la révision du copyright, la sécurité des consommateurs, le développement des télécommunications ou encore la législation en matière de voiture automatisée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés