La société américaine Motorola Mobility a créé la surprise en retirant l'une de ses plaintes contre Apple. Celle-ci portait sur sept brevets. Aucune explication n'a été communiquée par Google, qui a racheté l'entreprise l'an dernier. Mais cette décision pourrait être une tactique pour obtenir une condamnation de la firme de Cupertino dans d'autres affaires.

Google est-il en train de jouer l'apaisement avec Apple, via Motorola Mobility, ou suit-il une toute autre stratégie ? La filiale nouvellement acquise du moteur de recherche a en effet choisi de retirer une plainte déposée cet été devant la commission américaine du commerce international (ITC), sans livrer la moindre explication. Si celle-ci peut être à nouveau déposée, il pourrait s'agir d'une manœuvre dans le conflit opposant les deux géants.

Sept brevets appartenant au constructeur américain étaient concernés par l'action en justice. Interrogé sur ce retrait, Google s'est contenté de rappeler à Reuters sa volonté "de défendre vigoureusement [ses] partenaires", sans s'étendre davantage sur le sujet. Apple de son côté s'est muré dans le silence. Tout juste Google a-t-il assuré qu'aucun accord n'a été passé avec la firme de Cupertino sur ce dossier.

Les deux entreprises sont pourtant régulièrement en contact, selon la presse américaine. Tim Cook et Larry Page ont eu l'occasion de s'entretenir à plusieurs reprises sur la guerre des brevets qui fait rage dans le secteur des télécoms. Si des propositions visant à résoudre leurs griefs ont sans doute été avancées au cours de ces échanges, celles-ci n'ont manifestement pas été satisfaisantes.

Mais le retrait de la plainte pourrait avoir un tout autre objectif. Interrogé par Reuters, le spécialiste des questions de propriété intellectuelle Florian Mueller estime que cette décision inattendue vise en réalité à dégager la voie de Motorola, celui-ci étant déjà engagé depuis 2010 dans des procédures judiciaires contre Apple devant les tribunaux américains et l'ITC.

Selon lui, cette manœuvre permettrait à Motorola de concentrer ses efforts sur ses précédentes plaintes. Dans le même temps, le constructeur évite d'obstruer la justice avec des actions parallèles dont les chances d'aboutir seraient limitées et qui pourraient permettre à Apple d'engranger d'autres victoires, qui ne sont jamais inutiles sur le plan médiatique.

Acquis par Google l'an dernier pour 12,5 milliards de dollars, Motorola Mobility dispose d'un porte-feuille de 17 000 brevets. Avec un tel catalogue, la firme de Mountain View dispose désormais de moyens importants pour contre-attaquer sur le terrain judiciaire si des entreprises lui cherchent querelle sur le terrain de la propriété intellectuelle. Ou lancer ses propres attaques préventives.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés