Google et Apple n'ont visiblement pas envie de laisser la guerre des brevets les entraîner dans un affrontement judiciaire aux conséquences imprévisibles. Conscients des enjeux et des risques, les patrons des deux entreprises ont récemment eu une discussion téléphonique pour faire le point sur la situation - et envisager de résoudre leurs différends en bonne intelligence.

Depuis deux ans, la guerre des brevets entre les principaux fabricants de smartphones fait rage. Des actions en justice ont été engagées partout dans le monde, y compris aux États-Unis où le climax de cette lutte sans merci a été atteint la semaine dernière lors du procès-fleuve entre Apple et Samsung. Le verdict a été très lourd, puisque le second a été condamné à verser un milliard de dollars au profit du premier.

Mais ce conflit cache un autre rapport de force, qui se déroule cette fois en coulisses. Il s'agit de la rivalité croissante entre iOS et Android, les systèmes d'exploitation d'Apple et de Google. Plusieurs procédures judiciaires ont en effet été perçues comme des agressions indirectes à l'égard de l'O.S. libre, comme la plainte d'Apple contre HTC en 2010 ou celle survenue en 2011 contre Motorola.

Même les multiples affaires opposant Samsung et Apple peuvent être lues à travers ce prisme, puisque le géant sud-coréen fait massivement appel à Android pour équiper ses smartphones et ses tablettes. Et à défaut de stopper la diffusion de l'O.S. auprès des consommateurs, les interdictions commerciales qui sont prononcées régulièrement, qu'elles soient temporaires ou non, freinent leur propagation.

Google le sait, Android est menacé par une action en justice. La biographie autorisée de Steve Jobs avait notamment mis en lumière son hostilité à l'égard de la plate-forme. Pour lui, Android est une technologie volée qui est a d'abord germé dans la tête d'anciens ingénieurs d'Apple. En effet, Andy Rubin – en charge du développement d'Android – était chez la firme à la pomme avant de partir chez Google.

C'est dans ce contexte que les patrons des deux sociétés se sont entretenus au téléphone pour faire le point, rapporte Reuters. Des échanges qui sont appelés à se répéter dans les prochaines semaines, dans la mesure où l'enjeu est de taille pour les deux entreprises. Car tout comme Samsung verse des royalties à Microsoft pour utiliser Android, Google pourrait bien se retrouver dans une situation similaire.

De la conversation, nous n'en saurons pas grand-chose. Tout juste sait-son que Tim Cook et Larry Page ont abordé la bataille de la propriété intellectuelle qui sévit actuellement dans le secteur des appareils mobiles. Et vraisemblablement abordé la manière dont leurs différends pouvaient être réglés en bonne intelligence afin d'éviter de se retrouver devant les tribunaux.

Se dirige-t-on vers une suspension, au moins temporaire, des hostilités entre les deux grands ? Tout dépendra sans doute de la teneur des prochaines discussions entre les deux PDG.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés