Apple reconnaît avoir raté son service de cartographie pour iOS. Dans une lettre ouverte, le PDG du groupe, Tim Cook, a présenté ses excuses et a promis l'amélioration prochaine du logiciel. Plus surprenant, le directeur de la firme a suggéré quelques alternatives. Parmi elles se trouvent Bing de Microsoft et... Google Maps.

Apple fait acte de contrition au sujet de iOS Maps. Dans une lettre ouverte adressée à tous ses clients, la firme de Cupertino reconnaît que sa solution de cartographie n'est pas au niveau de ses standards habituels. L'entreprise américaine présente donc ses excuses et promet que son logiciel va très vite s'améliorer. Plus inattendu, Apple va même jusqu'à recommander des produits alternatifs.

"Chez Apple, nous nous efforçons de concevoir des produits de premier ordre qui apportent la meilleure expérience possible à nos clients. Avec l'arrivée de notre nouvel iOS Maps la semaine dernière, nous avons failli à notre engagement. Nous sommes vraiment désolé pour la frustration que cela a causé à nos clients et nous faisons tout notre possible pour améliorer Maps", écrit en préambule Tim Cook.

Face à la polémique, Apple n'est pas resté les bras croisés. Loin de se murer dans le silence, le groupe a indiqué la semaine dernière plancher sur de substantielles améliorations. Mais les mises à jour régulières du logiciel ne sont pas forcément immédiatement perceptibles par les utilisateurs, alors qu'il y a plus de 100 millions d'appareils qui ont déjà migré vers iOS 6.

"En l'espace d'une semaine à peine, les utilisateurs d'iOS ont déjà cherché plus d'un demi-milliard de lieux avec le nouveau Maps. Plus les utilisateurs s'en servent, plus celui-ci sera pertinent et nous apprécions grandement tous les retours d'expérience que nous recevons de vous", continue le PDG du groupe. En parallèle, le site dédié aux offres d'emplois propose toujours des postes liés à la cartographie sous iOS.

Signe que la controverse est loin d'être bénigne, Apple est allé jusqu'à suggérer d'utiliser des services concurrents. L'entreprise suggère ainsi des applications dédiées et disponibles sur l'App Store, comme Bing (un service de Microsoft, rappelons-le), MaqQuest ou encore Waze. Les mobinautes peuvent également se connecter aux services Google Maps ou Nokia Maps pour profiter de leur application web.

Apple suggérant Google Maps n'est pas un évènement dénué d'ironie, dans la mesure où Apple a choisi d'écarter l'outil conçu par la firme de Mountain View pour imposer sa propre solution. Mais il révèle également que l'affaire est prise avec sérieux chez la marque à la pomme. Et cela conforte l'hypothèse qu'Apple validera finalement l'application Google Maps, lorsque Google la soumettra à l'App Store.

"Tout ce que nous faisons chez Apple a pour ambition de faire de nos produits les meilleurs du monde. Nous savons que vous attendez ça de nous, et nous allons continuer à travailler sans relâche jusqu'à ce que iOS Maps atteigne les mêmes incroyables standards de qualité" promet enfin Tim Cook, n'hésitant pas à verser parfois dans les superlatifs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés