Selon de nombreux utilisateurs, Facebook aurait rendu publics sur les Timeline de ses membres de nombreux messages privés qui avaient été envoyés avant 2009. Pour le moment, malgré l'afflux de témoignages contraires, le réseau social assure que ses utilisateurs se trompent. Ce qui pourrait montrer à quel point les utilisateurs n'avaient aucune idée de ce qu'ils rendaient publics.

Mise à jour 21h20 : Facebook a confirmé que selon ses vérifications, le problème ne vient pas d'un bug mais d'une incompréhension des utilisateurs sur le fonctionnement de Facebook avant 2009. "Tous les rapports que nous avons vus, nous les avons regardé et vérifié. Nous n'avons pas vu un seul rapport où (la publication de messages privés) s'est vérifiée. Beaucoup de confusion provient du fait qu'avant 2008 il n'y avait pas de "j'aime" et pas de commentaires sur les publications des murs. Les gens se répondaient avec des messages sur les murs respectifs de chacun, au lieu d'avoir une conversation (sur une page)", explique Facebook à Techcrunch.

Voilà qui ressemble à un énorme couac qui pourrait coûter très cher au premier réseau social du Monde. Le journal Metro a révélé lundi que d'anciens messages privés datant au moins de 2007 à 2009 étaient apparus sur la Timeline des utilisateurs, depuis la mi-journée. "Ces échanges, destinés à rester entre deux personnes ou un groupe de membres sont donc désormais accessibles à l'ensemble des amis et connaissances sans que le propriétaire du compte n'ait fait une quelconque manipulation pour accepter ce changement d'état. Il peut s'agir de messages en Inbox ou de conversations sur le chat interne à Facebook", indique Metro. Il précise que tous les utilisateurs ne sont pas affectés par le problème.

De son côté, Le Monde conteste les explications fournies par Facebook, qui a affirmé à Techcrunch que le "petit nombre d'utilisateurs" concernés, essentiellement français, s'est trompé. "Nos ingénieurs ont enquêté et découvert qu'il s'agissait d'anciens messages publiés sur leurs murs et qui avaient toujours été visibles sur les pages de profil des utilisateurs". Or selon le quotidien, dont les accusations sont corroborées par Techcrunch, "des témoignages et des cas concrets soumis au Monde.fr semblent contredire cette explication". Le site américain publie même une capture d'écran de ce qui serait un message privé envoyé par Mark Zuckerberg lui-même, en 2009, au fondateur de Path Dave Morin :

Le réseau social pourrait donc ne pas se débarrasser aussi facilement du problème, qui lui vaut un plongeon en bourse. Ce lundi soir, le titre accuse une chute de plus de 9 % (mais Le Monde rappelle qu'il peut s'agir d'une sanction suite à cet article publié dans le magazine économique Barron's, qui estime le titre surévalué).

Si le problème est avéré, Facebook risque en effet de se trouver confronté à des sanctions de la part de la CNIL et de ses homologues étrangères ; sans parler – ce qui est beaucoup plus grave pour lui – de sanctions de la part des utilisateurs eux-mêmes, qui pourraient ne plus faire confiance au réseau social.

"Techniquement Timeline et Messages sont stockés sur des systèmes complètement différents, quand j'ai entendu les rumeurs j'ai eu du mal à comprendre comment c'était possible, même en le faisant exprès", nous explique Renaud Guerin, un ancien développeur de Facebook.

En tout état de cause, il n'y a que deux scénarios possible. Soit les ingénieurs de Facebook se trompent, et le réseau social a vraiment modifié par erreur les paramètres de publication des messages. Soit Facebook a raison, mais alors les réactions montrent à quel point le réseau social est (ou était) trop compliqué pour que les utilisateurs comprennent ce qu'ils rendent publics et ce qu'ils gardent privés. Il est en effet possible que les messages aient été postés sur le mur Facebook du destinataire, mais que les utilisateurs croyaient à l'époque que ces messages étaient privés, à un moment où les choses étaient sans doute moins claires qu'avec la nouvelle Timeline.

Le couac est cependant d'autant plus important qu'il semble impossible pour ceux qui le souhaitent de se débarrasser totalement des traces laissées publiques. "Certains ne voient pas leurs propres messages mais constatent la présence de ces conversations censées rester discrètes sur la Timeline de proches qui participaient à la discussion. Le hic, c'est que même en supprimant ces messages, ils restent affichés sur le mur des autres interlocuteurs", indique Metro.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés