C’est samedi, c’est permis, ne nous privons pas : ActuaLitté et Numerama organisent avec attention et minutie leurs revues de presse croisées, pour décloisonner les secteurs. Un peu de livre dans les nouvelles technologies et un peu de high-tech dans l’ebook. Un mélange scandaleusement informatif et à portée de clic.

Lundi

Le Kindle, c’est un peu comme Oncle Ben’s et sa platrasse de riz : toujours un succès. Cette fois, c’est du côté de l’autoédition que la réussite est venue, avec encore et toujours plus d’auteurs qui vendent leurs propres livres, sans passer par un éditeur. Et c’est probablement ce genre de choses qui inquiète les 451, réunion de personnes assez obscur, qui a lancé un manifeste, contre… ni internet ni l’ebook… mais c’est un peu tout comme. Et ça laisse passablement sceptique et curieux.

Mardi

Soyez indulgents, cléments et patients. Les personnes âgées ne comprennent pas toujours rapidement les évolutions et les changements. Ainsi, Philip Roth, convaincu qu’il allait apporter son aide à l’encyclopédie Wikipédia pour corriger un article faux, s’est vu opposer un refus net. Avant de croire le premier venu, il faut des preuves, une vérifiabilité des informations. Et à ce titre, la parole de Roth ne vaut rien, si elle n’est pas partagée sur la toile…

 

 

Aurélie Filippetti, crédit ActuaLitté

Mercredi

C’est le moment de l’année que tout le monde attend. Les lecteurs ebook et tablettes ont été vidés de leurs livres, car l’opération 200k des éditions Bragelonne se profile. Entre aujourd’hui et demain, 200 ebooks sont proposés pour moins de 1 €, dans toutes les boutiques en ligne, ebookstores, et autres revendeurs.

Jeudi

Anecdotique, mais amusant, le fondateur du Prix littéraire du Style, pourtant reconnu, a décidé d’abandonner ce projet. Et désespérant de trouver un repreneur, il est passé… par LeBonCoin.fr. « Les sites de petites annonces sont très performants. Aujourd'hui, on y vend n'importe quoi. Quelqu'un y a vendu sa vie. Alors pourquoi pas un prix littéraire ? » Et dans une démarche exactement opposée, voici qu’Amazon, après la polémique des fausses critiques (achetées ou réalisées par un auteur pour son propre compte) décide de payer les lecteurs pour qu’ils lisent le premier comics numérique sorti de sa maison d’édition.

Vendredi

Vendredi, ce fut chaud. Très. Tout d’abord, le mail piteux d’un prestataire, informant les bibliothèques que le groupe Hachette va vendre ses livres numériques 220 % du prix public, dès lors que ce sera pour du prêt. Colère et grosse à ne pas rater… Et pendant ce temps, que fait la ministre ? Eh bien, comme la sous-prefette, la revoilà, et elle profite de la manifestation Le Livre sur la place, pour partir à l’assaut, frontalement, d’Amazon, un danger pour les libraires. On n’est pas sorti.

Et comme toujours, excellent week-end !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés