Une Taïwanaise de 19 ans a poignardé mortellement son oncle, qui lui avait coupé l'accès à Internet afin qu'elle ne surfe par la nuit. Une réaction disproportionnée, qui révèle cependant la difficulté de certains parents à juguler l'addiction de leurs enfants au net.

Il faudra sans doute y réfléchir à deux fois avant d'introduire la riposte graduée à Taïwan. Surtout si le législateur compte intégrer la coupure de l'accès Internet dans l'éventail de sanctions contre ceux en indélicatesse avec le droit d'auteur. Car en effet, suspendre unilatéralement la connexion est pour le moins risqué lorsqu'il s'agit d'empêcher une internaute de se connecter tard le soir.

À Taïwan, l'agence CNA s'est fait l'écho d'un triste fait divers : une jeune femme de 19 ans a poignardé mortellement son oncle de 37 ans. La raison ? Celui-ci ne voulant pas qu'elle surfe la nuit a employé les grands moyens pour la contraindre à aller se coucher. Constatant qu'elle était encore debout à 2 heures du matin, il a alors coupé localement le net. Une dispute a éclaté ensuite pour se conclure par un drame.

Ce n'est pas la première fois qu'Internet se retrouve mêlé à des drames familiaux. En Chine, une mère de famille dépassée par l'addiction de son fils aux jeux vidéo en ligne et à Internet l'a poignardé à la jambe. Si la réaction a été évidemment excessive, elle a illustré à cette occasion la difficulté de certains parents à gérer la forte attractivité qu'ont les écrans – quels qu'ils soient – sur leur progéniture.

En France, pour aider les parents à faire face à la dépendance de leurs petits, le Conseil d'analyse stratégique a proposé il y a deux ans d'organiser des ateliers de sensibilisation aux risques des jeux pour leurs enfants. Cependant, le gouvernement n'a pas estimé nécessaire de multiplier les actions, même si la porte n'est pas fermée à la réflexion.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés