L'heure est aux choix difficiles pour Nokia. En perte de vitesse dans la téléphonie mobile, l'entreprise finlandaise a sabré dans ses effectifs, abandonné certains programmes et s'est rapprochée de Microsoft. Cette fois, Nokia a décidé de vendre une petite partie de ses brevets pour dégager de nouvelles ressources.

Kodak n'est pas la seule entreprise en difficulté à essayer de valoriser son portefeuille de brevets. C'est aussi le cas de Nokia, qui a perdu de sa superbe dans le marché de la téléphonie mobile depuis le succès spectaculaire des smartphones. En perte de vitesse face à Apple et Samsung, le constructeur finlandais s'est séparé de 500 brevets, lui permettant de dégager 22 millions de dollars.

C'est la société Vringo qui en a récupéré la paternité. Le Wall Street Journal note que les brevets portent sur divers standards pour la téléphonie mobile (2G, 2,5G, 3G et 4G), la transmission de données, l'émission du signal ou encore la gestion des télécommunications.  Et parmi ces documents, répartis dans 31 familles de brevets, 124 sont considérés comme essentiels pour le secteur des télécommunications sans fil.

Ces derniers portent sur des technologies GSM, WCDMA, T63, T64, DECT, IETF, LTE, SAE, et OMA. En conséquence, Vringo devra autoriser leur utilisation sous le régime FRAND (Fair, Reasonable And Non Discriminatory, c'est-à-dire équitable, raisonnable et non-discriminatoire). De son côté, Nokia conservera une licence pour ses propres produits.

La mise en vente de ces 500 brevets n'a entamé qu'une toute petite partie des nombreux titres de propriété intellectuelle possédés par Nokia. Selon ZDNet, la valeur du portefeuille de brevets appartenant à la société finlandaise est évaluée à 6 milliards de dollars.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés