A Los Angeles, les policiers utilisent désormais un logiciel pour savoir où aller patrouiller en priorité, pour faire diminuer les atteintes aux biens sans multiplier leur présence sur le terrain.

C’était autrefois du domaine de la science-fiction, c’est désormais une réalité. Aux Etats-Unis, la police utilise un logiciel conçu par la société PredPol pour prédire où auront lieu les prochains crimes ou délits. L’objectif est d’améliorer la qualité de la prévention sans augmenter le nombre d’agents sur les lieux, et donc sans accroître les budgets.

Concrètement, le système produit une carte destinée à chaque unité de patrouille, sur laquelle figurent des carrés rouge représentant des zones de 150 mètres carrés au sein desquelles les malfrats ont le plus le probabilité d’agir. Les policiers se déploient alors sur zone, pour montrer leur présence et dissuader les voleurs de voiture, cambrioleurs et autres braqueurs.

Selon les tests rapportés par Technology Review, entre novembre 2011 et avril 2012, le logiciel aurait réussi à prédire les crimes et délits dans un quartier de Los Angeles avec six fois plus de précision que les analystes humains. En conséquence, le taux de délinquance y aurait baissé de 25 % (un chiffre toutefois fourni par l’éditeur du logiciel lui-même, ce qui incite à la prudence). Le système va donc être étendu à toute l’agglomération de Los Angeles, et à d’autres villes aux Etats-Unis.

Pour réussir à prédire les crimes et délits, le logiciel se base sur des travaux d’informatique et d’anthropologie réalisés par l’Université de Santa Clara et l’Université de Californie. Il ne s’agit pas d’analyser les communications ou les caméras de surveillance en temps réel, comme on peut le voir dans la série TV Person Of Interest, mais simplement d’appliquer des algorithmes prédictifs en fonction d’un historique de rapports de délinquance remontant à plusieurs années.

Les systèmes prédictifs sont devenus une aire de recherche majeure pour la sécurité. Au point de sembler parfois franchir la ligne rouge, à l’instar du système Future Attribute Screening Technology (FAST), mis au point pour le services de sécurité intérieure américains. Le système conçu notamment pour être implanté dans les aéroports est censé prédire qu’un individu s’apprête à commettre un crime, en analysant à distance une série de facteurs biométriques (rythme cardiaque, température corporelle, …) et comportementaux.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos