Relancée par Arnaud Montebourg, l'idée d'une fusion entre France Télécom et Deutsche Telekom fait partie des sujets que les deux groupes abordent. Pour le directeur général de l'opérateur historique français, Stéphane Richard, cette question mérite en tout les cas d'être posée.

La perspective d’une fusion entre France Télécom et Deutsche Telekom n’est peut-être pas si éloignée que ça. Si aucun projet n’est officiellement engagé en ce sens, les deux groupes ne s’interdisent pas d’y réfléchir, à commencer par Stéphane Richard. Le directeur général de l’opérateur historique français a expliqué à La Tribune « qu’on ne peut pas fermer la porte à ce scénario« .

Interrogé sur les raisons qui justifieraient un rapprochement, Stéphane Richard a fait remarquer que les deux entreprises font « face à de nombreux courants adverses. La question de la création d’un grand acteur à l’échelle européenne mérite d’être reposée« , même si cela soulève une cascade de problématiques : quid de l’actionnariat, de la localisation des activités, de la question sociale ou encore du rôle des États ?

Autant de sujets qui devront être résolus avant. « Sur le sujet France Télécom – Deutsche Telekom, nous ne bougerons pas un sourcil tant que nous n’aurons pas la certitude absolue que toutes les parties sont alignées« , a-t-il prévenu, qui s’interroge d’ailleurs sur le but d’un tel groupe. « On peut imaginer un tel scénario que dans un projet de conquête. Quelle histoire de croissance raconte-t-on avec un EADS des télécoms ?« .

Les deux groupes évoquent en tout cas sur le sujet, qui a été récemment remis sur le tapis par le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg. « Je passe beaucoup de temps à réfléchir à tous ces sujets, notamment avec René Oberman, le patron de Deutsche Telekom. […] Nous sommes dans une phase de réflexion, d’échanges« .

Si la fusion de France Télécom et Deutsche Telekom n’est pas prévue dans l’immédiat, une coopération poussée est déjà à l’œuvre au Royaume-Uni. Les filiales des deux groupes, Orange pour le premier et T-Mobile pour le second, ont donné naissance à une coentreprise, Everything Everywhere, devenu aujourd’hui le principal opérateur mobile outre-Manche avec 28 millions d’abonnés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés