Depuis lundi, les abonnés de SFR peuvent utiliser n'importe quelle Neufbox pour téléphoner en Wifi avec leur téléphone mobile, de façon transparente. L'opérateur a activé le protocole EAP-SIM, mais le rend disponible uniquement pour les propriétaires d'un iPhone.

SFR avait été vexé. Lorsque nous avions relayé le communiqué de presse de Free, qui s’était vanté d’être le premier à activer en France le protocole EAP-SIM pour basculer automatiquement du réseau 3G au WiFi, l’opérateur nous avait appelé pour nous rappeler que c’était SFR qui avait travaillé depuis plusieurs mois notamment avec Apple pour mettre au point le protocole, et qu’il n’était donc pas juste que Free tire ainsi la couverture à lui. Une bagarre de communication qui ne masquait pas le fait que, concrètement, en situation commerciale, Free était bien le premier à proposer à ses abonnés de bénéficier du Wifi pour appeler avec leur mobile depuis n’importe quelle Freebox, sans avoir à utiliser un logiciel dédié.

Deux mois plus tard, SFR lance aussi sa solution baptisée Auto Connect WiFi, mais uniquement sur iPhone. Les abonnés qui souhaitent profiter de l’EAP-SIM sur leur mobile iOS 5 doivent télécharger sur l’App Store l’application SFR Wifi en version 3.0. « Pour l’activer il suffit de mettre le switcheur sur ON (couleur bleu). Des instructions seront affichées sur l’écran suivant. Un SMS vous sera par la suite envoyé pour confirmer l’activation du service pour votre terminal. Seule contrainte mais évidente, il est indispensable de laisser activer le WiFi en permamence pour que le service fonctionne comme il se doit« , résume iPhoneAddict.

Il y a quelques jours, SFR avait encore critiqué Free, en justifiant son choix de ne supporter que l’iPhone par le fait que « contrairement à l’un de nos concurrents, nous ne souhaitons pas encore ouvrir cette technologie à d’autres smartphones car nous estimons que la qualité de service n’est pas encore au rendez vous« .

En réalité, le problème n’est pas tant celui de la qualité du service EAP-SIM sur Android, que l’absence de support généralisé qui rend l’application plus difficile à distribuer à une clientèle grand-public. Par exemple, sauf ROM particulière, le Galaxy S2 de Samsung n’est pas compatible EAP-SIM.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés