Le second tour des élections législatives pour les Français de l'étranger a commencé. Au premier tour, près de 130 000 expatriés ont choisi le vote par Internet pour désigner leur député, malgré les inquiétudes récemment apparues sur cette modalité de vote.

Ils étaient très exactement 126 947 Français de l’étranger à opter pour le vote par Internet lors du premier tour des élections législatives. Combien seront-ils pour le second tour ? Il faudra patienter quelques jours avant d’obtenir la réponse. En effet, les expatriés qui choisissent ce procédé ont jusqu’au 12 juin pour sélectionner leur député. Au-delà de cette date, il faudra se rendre directement dans un consulat.

Les Français de l’étranger ne souhaitant pas utiliser le vote par Internet disposent de deux alternatives : soit ils font une procuration qu’ils remettent à un proche, soit ils votent pas correspondance. Au total, 1,1 million d’expatriés inscrits sur les listes électorales sont concernés par ce scrutin, qui a débuté ce mercredi. Au premier tour, seuls 220 000 expatriés environ ont voté.

Pour contrer toute fraude, le scrutin pour les Français de l’étranger se déroule bien avant celui organisé pour les Français de métropole et d’outre-mer. De cette façon, le Bureau de Vote Elctronique (BVE) peut « interrompre définitivement » le vote par Internet s’il considère que sa sincérité, sa confidentialité ou son accessibilité « n’est plus garanti« , malgré toutes les assurances du gouvernement.

« En cas de défaillance inopinée ou provoquée du système remettant en cause sa sécurité, cette procédure exceptionnelle permettra ainsi de préserver l’intégrité de l’élection. Les suffrages exprimés par Internet ne seront ni prix en compte ni même dépouillés, ce dont les électeurs seront informés de sorte qu’ils pourront encore se déplacer pour voter à l’urne le jour du scrutin« .

Le vote par Internet a été mis en place pour répondre à un principe constitutionnel qui est l’accessibilité du scrutin. Tous les Français doivent pouvoir exprimer leur choix de façon confidentielle et sans que la sincérité du scrutin ne soit remise en cause. Or, le vote par Internet est un vote électronique dont la mise en œuvre inquiète. Plusieurs problèmes ont récemment été soulevés à ce propos.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés