Le très haut débit poursuit son lent développement dans l'Hexagone. L'Arcep a livré ses derniers chiffres sur le sujet, révélant que le nombre d'accès en très haut débit s'élève désormais à 715 000 (fibre optique et câble coaxial).

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a livré jeudi les derniers chiffres de son observatoire trimestriel des marchés de détail des communications électroniques. Bien que provisoires, les données de l’Arcep soulignent la progression lente mais constante du très haut débit en France. Fin mars, il y avait 715 000 abonnements de ce type.

Dans le détail, les abonnements très haut débit dont les accès sont en fibre optique avec terminaison en câble coaxial demeurent majoritaires. Ils sont 495 000, avec 30 000 de plus sur le trimestre. Les abonnements très haut débit en fibre optique jusqu’aux abonnés (FTTH) ou jusqu’aux immeubles (FTTB) sont 220 000 et ont progressé de 20 000 sur le trimestre.

Si les accès avec terminaison en câble coaxial sont en tête, le dynamisme est du côté des abonnements FTTH / FTTB. Ces derniers ont en effet vu leur nombre croître de 60 % sur un an, tandis que les premiers n’ont augmenté « que » de 30 %. En moyenne, le nombre d’abonnements à des services à très haut débit a progressé de 39 % sur un an.

Les accès haut débit restent toutefois ultra-dominants en France, puisqu’ils sont plus de 22,4 millions. Ceux-ci continuent d’attirer, puisque 285 000 nouveaux abonnements sont apparus au trimestre dernier. Selon l’Arcep, c’est la technologie xDSL qui est la plus prisée (21,3 millions d’abonnements), loin devant les autres accès (câble, WiFi, satellite, boucle locale radio) qui ensemble ne pèsent « que » 1,1 million.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés