Publié par Guillaume Champeau, le Jeudi 10 Mai 2012

Harry Potter en livre électronique sur Amazon, c'est pour bientôt

Cinq ans après la publication des Reliques de la Mort, Harry Potter va enfin faire son apparition en livre électronique sur Amazon. Jusqu'à présent, la version e-book de la saga de JK Rowling n'était disponible que sur sa propre plateforme, Pottermore.

Harry Potter promet de rester un cas d'école difficile à imiter pour la plupart des éditeurs qui ne connaissent pas une telle attente de la part des lecteurs, mais qui reste très intéressant à analyser pour le marché du livre électronique et son avenir.

L'auteur de la saga, JK Rowling, s'était longtemps opposée à ce que ses romans soient diffusés sous forme de livres électroniques, prétextant que la technologie n'était pas encore assez mâture pour offrir un confort de lecture acceptable. Le manque avait alors été comblé avec une incroyable rapidité par les fans, puisque des pirates s'étaient organisés par IRC pour se répartir les tâches de numérisation et de relecture, permettant à un livre électronique d'être publié 12 heures seulement après la sortie du sixième volet, en texte et en audio !

Cinq ans plus tard, JK Rowling a changé d'avis et enfin accepté que sa saga Harry Potter soit publiée sous forme de livres électroniques. Elle l'a fait l'année suivante en ouvrant sa propre plateforme dédiée, Pottermore, sur laquelle les Harry Potter sont vendus 7,99 euros ou 9,99 euros selon les volumes, ou 57,54 euros pour l'ensemble (soit une remise de 10 %). Seul Pottermore peut vendre les fichiers des livres, qui sont vendus sans DRM. Seul un système de watermarking permet d'identifier l'acheteur, dans le cas où le fichier se balade un peu trop librement sur Internet...

Or cette expérience est doublement instructive. Tout d'abord, ce sont les internautes eux-mêmes qui ont fait la police sur les plateformes de téléchargement pour protester contre les versions pirates diffusées. "Ils ont dit "Hé mec, voilà un éditeur qui fait exactement ce que l'on demande : pas de DRM, de l'interopérabilité, un prix raisonnable. Et d'ailleurs, tu n'es pas au courant que ton fichier est watermarké ? Ils savent qui tu es !"", raconte ainsi Charlie Redmayne, le PDG de Pottermore.

Par ailleurs, financièrement, Pottermore a dépassé les attentes de l'éditeur, avec 164 000 e-books vendus les trois premiers jours de lancement, et 3 millions de livres sterling de recettes générées les premiers mois. "Nous avions prévu une somme beaucoup moins élevée, j'avais regardé les ventes physiques des livres, et essayé d'anticiper quel pourcentage de ventes nous réaliserions en numérique, (...) mais cela a surpassé tout ce que nous avions imaginé", raconte Redmayne, cité par Actualitté.

Pottermore n'a pas simplement permis à JK Rowling de choisir librement sa politique tarifaire et d'éviter un intermédiaire à rémunérer. La plateforme lui offre aussi un fichier clientèle qu'elle pourra exploiter pour le lancement de ses prochains romans, ou de produits dérivés.

Or maintenant que l'objectif est accompli, l'auteur lâche du lest. Amazon a fait savoir en diffusant quelques images explicites que la saga Harry Potter allait enfin arriver sur la plateforme du Kindle.

Publié par Guillaume Champeau, le 10 Mai 2012 à 09h55
 
18
Commentaires à propos de «Harry Potter en livre électronique sur Amazon, c'est pour bientôt»
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Génial. Et à Koh-Lanta, il se passe quoi ?

Pour ceux que la littérature intéresse, achetez le dernier livre de William Boyd : "L'attente de l'aube" est un pur chef d'oeuvre.
Je suis certain que ce type aura un jour ou l'autre le prix Nobel de littérature.

http://www.lexpress....is_1112081.html
Inscrit le 10/05/2012
1 messages publiés
Je suis le seul à trouver que plus de 8€ pour des livres numériques c'est quand même une belle arnaque??
Inscrit le 14/07/2004
7669 messages publiés
flob (Modérateur(rice)) le 10/05/2012 à 10:39
zig, le 10/05/2012 - 10:11
Génial. Et à Koh-Lanta, il se passe quoi ?

Pour ceux que la littérature intéresse, achetez le dernier livre de William Boyd : "L'attente de l'aube" est un pur chef d'oeuvre.
Je suis certain que ce type aura un jour ou l'autre le prix Nobel de littérature.

http://www.lexpress....is_1112081.html

+1
Quand j'ai vu le titre, je me suis dit : "Et alors ?"
Inscrit le 17/08/2009
235 messages publiés
flob, le 10/05/2012 - 10:39
+1
Quand j'ai vu le titre, je me suis dit : "Et alors ?"
+2
Inscrit le 05/10/2011
2810 messages publiés
Guillaume, le 10/05/2012 - 09:55

L'auteur de la saga, JK Rowling, s'était longtemps opposée à ce que ses romans soient diffusés sous forme de livres électroniques, prétextant que la technologie n'était pas encore assez mâture pour offrir un confort de lecture acceptable.

J'aime bien. Si ça avait été le cas, les gens n'auraient pas acheté, tout simplement. Ce n'était pas à elle de décider à la place des gens si le confort de lecture est acceptable (notion totalement subjective).
Inscrit le 16/11/2010
28 messages publiés
sans DRM, c'est bien
le coup du tatouage je ne sais pas trop quoi en penser par contre
elle aurait fait ça il y a 5 ans ça aurait été mieux
les amateurs l'ont devancée, enfin bref
[message édité par Xanatos le 10/05/2012 à 13:25 ]
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Ce n'était pas à elle de décider à la place des gens si le confort de lecture est acceptable (notion totalement subjective).

Ben si.

Cela fait partie des droits inaliénables d'un artiste de décider sous quelle forme son oeuvre va être diffusée.
Cela ne me choque pas qu'un musicien interdise à un site de musique en ligne de diffuser ses morceaux en mp3 64kbps mono enregistrés au haut parleur.
Donc cela ne me choque pas qu'un auteur de livre décide que ton bouquin doit être édité uniquement sur du papier, ou même sur papier glacé.
Après, les gens achètent ou n'achètent pas, c'est un autre problème.
Mais une oeuvre appartient avant tout à la personne qui la crée.
Inscrit le 05/10/2011
2810 messages publiés
zig, le 10/05/2012 - 13:46

Cela ne me choque pas[...]

Ben moi ça me choque. Chacun son avis.
Inscrit le 04/08/2008
63 messages publiés
Précisons que JK Rowling dispose, tant mieux pour elle qui était fauchée et bravo, d'une fortune -tout à fait exceptionnelle dans l'édition- qui la place parmi les particuliers les plus fortunés d'Angleterre.

Elle peut donc prendre les risques qu'elle veut avec la diffusion numérique ; elle est bien au-dessus de tout problème. L'acquis est là et ne va pas bouger.

Il s'agit donc d'un cas intéressant mais, en même temps, d'un quasi contre-exemple par rapport à la situation ordinaire d'un auteur.

Donc on ne peut pas en tirer de conclusions, positives ou négatives, pour les artistes "ordinaires".

Par contre, son refus de voir ses oeuvres numérisées était aussi dû aux contrats abusifs et minables des éditeurs concernant les droits numériques. Elle veut démonter que les auteurs -seul élément indispensable à la création d'une oeuvre- doivent se battre pour faire changer les éditeurs et ayant-droits traditionnels. Mais c'est plus facile pour elle, évidemment.
[message édité par millerNA le 10/05/2012 à 15:22 ]
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
milord, le 10/05/2012 - 14:42
zig, le 10/05/2012 - 13:46

Cela ne me choque pas[...]

Ben moi ça me choque. Chacun son avis.


Je ne sais pas ce que tu fais comme travail, mais j'espère que cela ne te choque pas que tes clients, voire même des gens qui ne sont même pas tes clients, t'imposent comment tu dois travailler.
Et que le seul droit que tu aies, c'est de fermer ta gueule.
Inscrit le 05/10/2011
2810 messages publiés
zig, le 10/05/2012 - 16:29

milord, le 10/05/2012 - 14:42

zig, le 10/05/2012 - 13:46

Cela ne me choque pas[...]


Ben moi ça me choque. Chacun son avis.




Je ne sais pas ce que tu fais comme travail, mais j'espère que cela ne te choque pas que tes clients, voire même des gens qui ne sont même pas tes clients, t'imposent comment tu dois travailler.
Et que le seul droit que tu aies, c'est de fermer ta gueule.


Ben non, ça me choque pas que le client formule des exigences.
Mon client m'impose le langage de l'application que je fais pour lui, il m'impose le format du livrable, la date de livraison, le logiciel de gestion de versions à utiliser etc.
Pourquoi, ça te choque, toi, que le client t'impose des trucs ? Tu dois être très malheureux, alors.
Là, je ne veux pas imposer une façon de travailler à qui que ce soit. La distribution n'entre même pas dans le cadre du travail d'un écrivain. Le fait de distribuer en version numérique ou papier ne change absolument pas la façon de travailler de l'écrivain, elle change juste la façon de lire du lecteur, éventuellement.
Je veux juste que le fournisseur laisse au client la possibilité de décider de ce qui est mieux pour lui. JK Rowling trouvait que les livres électroniques étaient de mauvaise qualité, c'était son point de vue, qui n'était sans doute pas partagé par tous ses lecteurs, qui sont aussi ses clients. Pourquoi leur refuser la vente sous ce format, dans ce cas ?
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Mon client m'impose le langage de l'application que je fais pour lui, il m'impose le format du livrable, la date de livraison, le logiciel de gestion de versions à utiliser etc.

Tu confonds le quoi et le comment. Un auteur aura également une date de livraison à tenir de la part de son éditeur.

D'ailleurs, cela m'étonne que le client t'impose le langage de programmation. Mais tu dois être dans un cas très particulier de transactions entre techniciens. En général, si un marchand de bagnoles te demande de faire un logiciel de gestion de ses pièces détachées, il n'en a rien à foutre de savoir si tu le fais en C, en Pascal ou en Basic.

Cela dit, si tu acceptes de te laisser marcher sur les pieds, nulle loi ne te l'interdit.

Pourquoi leur refuser la vente sous ce format, dans ce cas ?

Parce que le droit d'auteur, c'est aussi exiger une certaine qualité à la diffusion de ton oeuvre. Si ton roman est traduit en serbe par un illettré serbe, tu as le droit d'empêcher la traduction. Si un éditeur veut éditer ton bouquin sur du papier où l'encre bavouille dès qu'on pose le pouce dessus, l'auteur a le droit d'empêcher cette diffusion. Si un éditeur veut diffuser le bouquin sous la forme de scans pas cadrés et en travers des pages du livre, l'auteur a le droit de l'en empêcher.
Parce que l'auteur reste l'unique propriétaire des droits moraux de l'oeuvre.

Imagine que le logiciel que tu écrives pour ton client, il soit compilé sur une machine qui n'est pas prévue pour, qu'il soit intégré dans d'autres logiciels tout pourris et que le client répète partout "c'est milord qui nous a livré cette merde".

En tant que développeur de logiciel, tu as le droit à ce que ton oeuvre soit respectée.
Inscrit le 26/01/2012
628 messages publiés
bof si je veut un livre je vais chez mon libraire.
Inscrit le 08/04/2009
543 messages publiés
zig, le 10/05/2012 - 10:11
Génial. Et à Koh-Lanta, il se passe quoi ?

Pour ceux que la littérature intéresse, achetez le dernier livre de William Boyd : "L'attente de l'aube" est un pur chef d'oeuvre.
Je suis certain que ce type aura un jour ou l'autre le prix Nobel de littérature.

http://www.lexpress....is_1112081.html


C'est terrible comme tu ne démords pas de ta vision élitiste de l'art. Que vient faire Boyd ici? C'est certainement très bon, mais ça n'a aucun rapport avec le sujet. Va parler de Boyd à un enfant, il fuira après 10 minutes. Nous n'avons pas tous les mêmes valeurs, et Harry Potter est un succès monumental chez les enfants, il a dû susciter des milliers de vocations d'écrivains parmi eux, et a permis à beaucoup d'apprécier la lecture, ce à quoi trop peu de livres peuvent prétendre.

Koh lanta non plus n'a aucun rapport. Je ne l'ai jamais regardé, du coup je ne me prononce pas, mais il ne s'agit pas de littérature. Si tu assimiles Harry potter et Koh Lanta, c'est que tu es un vilain troll, sur ce coup-ci.

J'irai tout de même jeter un oeil aux oeuvres de Boyd..
Inscrit le 26/02/2008
799 messages publiés
Crepitus, le 10/05/2012 - 19:36

C'est terrible comme tu ne démords pas de ta vision élitiste de l'art.


Nan nan, c'est sa vision élitiste tout court, en réalité.
C'est le genre de mec assommant, qui, quand il voit que tu lis le "canard enchainé", vient t'informer que lui, il lit "le monde diplomatique" en pensant ainsi te prouver sa supériorité intellectuelle, alors que rien à voir, pas le même but informatif, pas le même plaisir.
Inscrit le 05/10/2011
2810 messages publiés
zig, le 10/05/2012 - 17:47

Mon client m'impose le langage de l'application que je fais pour lui, il m'impose le format du livrable, la date de livraison, le logiciel de gestion de versions à utiliser etc.


Tu confonds le quoi et le comment. Un auteur aura également une date de livraison à tenir de la part de son éditeur.

D'ailleurs, cela m'étonne que le client t'impose le langage de programmation. Mais tu dois être dans un cas très particulier de transactions entre techniciens. En général, si un marchand de bagnoles te demande de faire un logiciel de gestion de ses pièces détachées, il n'en a rien à foutre de savoir si tu le fais en C, en Pascal ou en Basic.

Non mais je m'en fiche, c'est toi qui t'es aventuré sur la comparaison très hasardeuse (comme d'hab ; t'as le don de chercher des comparaisons moisies) avec mon taf. Je ne l'aurais jamais évoqué si tu n'en avais pas parlé. Tu t'es planté, ça arrive...
Rien à avoir avec un cas particulier de transaction entre techniciens, le client a une plateforme de production, on se conforme à la plateforme, sinon ils ne peuvent pas installer l'appli, c'est tout... Je ne vais pas dire au client "ah oui, t'as un serveur jboss ? ok, ben je te livre une appli en c#, ça te va ? Comment ça tu veux pas changer tous tes serveurs ? C'est moi qui décide !"....
En plus, tu me dis que ton marchand de bagnoles n'en a rien à foutre du langage de programmation. Très bien, ça montre juste que ta comparaison est foireuse, puisque les clients qui ont une liseuse n'en ont pas rien à foutre que le livre ne soit pas disponible au format électronique.
zig, le 10/05/2012 - 17:47

Parce que le droit d'auteur, c'est aussi exiger une certaine qualité à la diffusion de ton oeuvre.


Non mais je sais qu'elle en a le droit. Si elle n'en avait pas le droit, elle ne le ferait pas. Je ne parle pas de droit, je dis que sa démarche est idiote.
Et j'ai le droit de trouver ça débile. Non ?
zig, le 10/05/2012 - 17:47


En tant que développeur de logiciel, tu as le droit à ce que ton oeuvre soit respectée.


C'est faux, ce n'est pas systématique. Dans la vraie vie, une part non négligeable des applications sont développées par des sous-traitants, qui abandonnent ou cèdent quasi tous leurs droits sur les sources du logiciel. Donc le développeur n'a plus de droits dessus.
Inscrit le 30/04/2012
198 messages publiés
Ca fait un bout de temps déjà, quand on clique sur le livre sur Pottermore on est redirigé vers la page amazon du livre...
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Mai 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10